in

Assemblée générale des Nations Unies : tout ce que vous devez savoir

C’était la pandémie de coronavirus. Ensuite, il y a eu la guerre de la Russie en Ukraine. Tout au long de cette période, les dangers du changement climatique, de la pauvreté et des inégalités ont constamment et de plus en plus résonné à chaque réunion des dirigeants mondiaux à l’Assemblée générale des Nations Unies.

À l’heure où s’ouvre la 78e session, aucune crise claire ne dominera le débat général, car aucune de celles mentionnées ci-dessus n’a été résolue. La réunion de haut niveau se déroulera dans le contexte d’une guerre en cours, de nouvelles crises politiques en Afrique de l’Ouest et en Amérique latine, d’un coronavirus persistant, d’une instabilité économique, d’un creusement des inégalités et de nouvelles catastrophes naturelles sous la forme de tremblements de terre, d’inondations et d’incendies dévastateurs.

Face à ce tumulte, le thème du débat général de cette année sera « Reconstruire la confiance et raviver la solidarité mondiale : accélérer l’action sur l’Agenda 2030 et ses objectifs de développement durable en faveur de la paix, de la prospérité, du progrès et de la durabilité pour tous ».

Nous avons mis à jour le document d’information de l’année dernière pour la réunion de haut niveau de 2023. Voici ce qu’il faut savoir sur l’Assemblée générale des Nations Unies de cette année, présidée par Dennis Francis, de Trinité-et-Tobago.

Assemblée générale des Nations Unies : tout ce que vous devez savoir

Quel est l’intÉrÊt de l’assemblÉe gÉnÉrale de l’onu ?

Même si l’efficacité de l’ONU est remise en question depuis aussi longtemps qu’elle existe, les avantages de sa participation sont indéniables. Depuis l’estrade, les pays diffusent leurs programmes, leurs griefs et leurs appels à l’action au monde entier et pour que cela soit rendu public.

L’exercice du multilatéralisme est né au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et repose sur l’espoir d’une paix durable. Cette semaine est une occasion clé pour les pays souvent noyés par ce qu’ils dénoncent comme un ordre mondial hégémonique d’attirer l’attention d’un public plus large. C’est aussi l’occasion pour les dirigeants de participer à des réunions en marge, en territoire neutre.

Qui venit À new york cette annÉe ?

Les chefs d’État et de gouvernement d’au moins 145 pays devraient prendre place sur l’estrade au bord du fleuve. Parmi eux figurent le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, le président américain Joe Biden et le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, tous attendus le premier jour. Ce sera la première apparition en personne de Zelensky aux Nations Unies depuis l’invasion russe de son pays – en 2022, l’Assemblée générale a voté pour lui accorder une dispense spéciale pour soumettre un discours préenregistré.

Mais le défilé des intervenants sera marqué par quelques absences majeures : alors qu’ils envoient tous des représentants, les dirigeants des autres membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU – la France, le Royaume-Uni, la Chine et la Russie – ne feront pas le déplacement. La présence de Vladimir Poutine aurait certainement été surprenante, mais Emmanuel Macron est un habitué et cela aurait été la première occasion pour le Premier ministre britannique Rishi Sunak de s’adresser à l’Assemblée générale. Macron a cité la visite imminente du roi Charles III ; Sunak, un emploi du temps chargé.

Les principaux dirigeants d’autres grands pays, dont l’Inde – qui vient d’accueillir le sommet du G20 à New Delhi ce mois-ci – et le Mexique, devraient également envoyer des ministres à leur place.

À quoi ressemble le dÉbat gÉnÉral ?

Nous sommes peut-être en pleine saison des débats sur les primaires présidentielles américaines, mais la structure du débat général aux Nations Unies n’a guère de ressemblance. Cela ne se prête pas à des feux d’artifice évidents – les huées, les interruptions ou les réfutations immédiates ne sont pas autorisées – mais cela ne signifie pas que l’intrigue et le drame sont absents.

Chaque discours offre à lui seul un texte riche et le discours ajoute un sous-texte. Les discours peuvent être des sources de langage évocateur, de piques et de messages légèrement voilés. Ils sont censés courir pendant 15 minutes, mais beaucoup manquent cette cible. L’année dernière, les discours duraient en moyenne environ 19 minutes, ce qui a suscité une réprimande ironique de la part de la présidente slovaque Zuzana Čaputová – en moins de 12 minutes, son discours s’est terminé par : « Et puisque le respect même des plus petites règles est important, permettez-moi de terminer ici pour respecter l’heure convenue. limite.” Le discours le plus long de l’histoire a duré 269 minutes et a été prononcé par le Cubain Fidel Castro en 1960.

Les États membres sont également autorisés à exercer le droit de réponse, grâce auquel ils peuvent réfuter les critiques exprimées lors du débat général. Il s’agit souvent d’échanges enflammés en fin de journée, mais ils ne sont généralement pas prononcés par des chefs d’État ou de gouvernement, mais plutôt par des membres de niveau inférieur de la délégation d’un pays. L’année dernière, le droit de réponse a été exercé à 21 reprises.

Combien de temps dure le dÉbat gÉnÉral de cette annÉe ?

Cela dure encore six jours, comme d’habitude, mais le débat général de cette année se termine un jour plus tard, le mardi 26 septembre. Alors que les débats généraux précédents se déroulaient généralement du mardi au lundi, avec une pause uniquement le dimanche, cette année, il y a une pause de deux jours.. Un porte-parole de l’ONU a confirmé qu’il n’y aurait pas de discours le dernier lundi, habituellement à l’occasion de la fête juive de Yom Kippour.

Pourquoi le brÉsil parle-t-il en premier À l’assemblÉe gÉnÉrale de l’onu ?

C’est une tradition. Dès le début, le Brésil s’est aventuré alors qu’aucun autre pays ne se proposait de prendre la parole en premier. Des décennies plus tard, le pays sud-américain conserve la pole position. En tant que pays hôte, les États-Unis parlent généralement en deuxième position (même si l’année dernière, le président Joe Biden a dû retarder son discours d’un jour parce qu’il assistait aux funérailles de la reine Elizabeth II).

Pour les dizaines de discours qui suivent, l’ordre est déterminé par de multiples variables, notamment la personne qu’un pays envoie pour prononcer le discours (les chefs d’État précèdent les chefs de gouvernement, qui précèdent les simples ministres et autres représentants), les préférences des pays et leur situation géographique. équilibre.

Les non-membres de l’onu sont-ils autorisÉs À y assister ?

Quelques. Si tous les États membres sont invités à prendre la parole, tous ne profitent pas nécessairement de cette opportunité. Mais les Nations Unies disposent également d’observateurs permanents, qui ont accès à « la plupart des réunions et à la documentation pertinente », selon le site Internet de l’ONU.

L’Union européenne, la Palestine et le Saint-Siège (Vatican) sont à nouveau des observateurs permanents cette année. L’année dernière, c’est la Palestine qui a prononcé le discours le plus long, avec un discours du président Mahmoud Abbas de plus de 47 minutes.

Qui rend compte des activités des Nations Unies tout au long de l’année, assurera une couverture médiatique étendue jusqu’à la fin du débat général. Visitez https://apnews.com/hub/united-nations-general-assembly pour toutes nos histoires.

Bien que l’Assemblée générale ne soit pas ouverte au public, les Nations Unies diffusent les débats.

___