Baleine noire empêtrée dans le golfe du Saint-Laurent

  • - Observation d'une baleine noire emprisonnée dans des engins de pêche
  • - Première apparition d'une baleine noire dans les eaux canadiennes cette saison
  • - Les efforts pour libérer la baleine seront mis en action si les conditions le permettent

HALIFAX –

Une baleine noire de l'Atlantique Nord, en voie de disparition, a été aperçue empêtrée dans des engins de pêche dans le golfe du Saint-Laurent, au nord-est de la péninsule acadienne du Nouveau-Brunswick.

L'observation rapportée vendredi marque la première fois qu'une baleine noire est aperçue dans les eaux canadiennes cette saison, a indiqué le ministère fédéral des Pêches dans un communiqué publié lundi.

Le département indique qu'un équipage participant à un vol de surveillance de routine a repéré la femelle adulte, connue sous le nom de Shelagh, traînant un équipement qui semble coincé dans sa bouche.

Les membres du Programme fédéral d'intervention sur les mammifères marins tenteront de retirer l'équipement si les conditions météorologiques et maritimes le permettent, mais la baleine se trouvait loin au large la dernière fois qu'elle a été vue, a indiqué le ministère.

Les responsables affirment que l'on ne sait toujours pas exactement quel type d'engin de pêche est impliqué ni d'où il vient.

“L'identification du type d'engin et son origine ne sont généralement confirmées qu'après enquête et lorsque l'engin est retiré d'un animal”, a indiqué le département.

Jusqu'à présent cette saison, quatre baleines noires sont mortes dans les eaux américaines, dont trois à cause de collisions avec des navires.

La baleine noire de l’Atlantique Nord reste l’une des espèces de grandes baleines les plus menacées au monde.

L'Administration nationale américaine des océans et de l'atmosphère affirme qu'il reste environ 360 baleines, dont moins de 70 femelles reproductrices actives. L'agence fédérale estime que 85 pour cent des baleines noires ont été empêtrées au moins une fois dans des engins de pêche.

Le 9 avril, une baleine noire a été aperçue emmêlée dans une corde à environ 80 kilomètres au sud de Rhode Island, mais on ne sait toujours pas ce qui est arrivé à cet animal ou s'il s'agit de la même baleine aperçue la semaine dernière dans le golfe du Saint-Laurent. La NOAA a confirmé que la baleine avait une corde sortant des deux côtés de sa bouche et qu'elle se trouvait loin du rivage.

En octobre dernier, le Consortium des baleines noires de l'Atlantique Nord a signalé que la population semblait se stabiliser après des années de déclin décourageant. Mais l'équipe internationale de scientifiques marins a également déclaré que les données montraient que le nombre de blessures d'origine humaine continuait d'augmenter.

Depuis des années, les scientifiques et les chercheurs sur les baleines tentent de persuader l'industrie de la pêche de commencer à utiliser des engins de pêche sans corde ou « à la demande » pour réduire les enchevêtrements.

Alors que les casiers à homards et à crabes traditionnels sont largués au fond de l'océan puis récupérés en tirant de longues cordes suspendues à des bouées, les engins sans corde n'utilisent pas ce qu'on appelle des lignes de course ou des bouées. Les pièges sont trouvés à l'aide d'un dispositif de guidage électronique – une sorte de bouée virtuelle – et ils sont récupérés à l'aide de bobines de corde gonflées à distance ou de sacs de levage.

Les baleines noires migrent chaque année depuis leurs aires de mise bas au large de la Floride et de la Géorgie vers leurs aires d'alimentation au large de la Nouvelle-Angleterre et de la côte Est du Canada. La population a augmenté de 150 individus entre 2001 et 2011, mais s'est stabilisée, puis un fort déclin a commencé en 2017 lorsque 12 baleines sont mortes dans les eaux canadiennes et cinq autres dans les eaux américaines.

Plus tard cette année-là, le gouvernement canadien a introduit une série de mesures pour améliorer la protection des baleines. Ces mesures en cours comprenaient une surveillance aérienne accrue, des restrictions sur les voies de navigation, des limites de vitesse plus lentes pour les navires, des fermetures temporaires de zones de pêche et une surveillance en temps réel à l'aide de dispositifs d'écoute sous-marins.

À mesure que l’océan Atlantique s’est réchauffé, les baleines ont modifié leurs schémas de migration. Au lieu de se diriger vers leurs aires d'alimentation estivales traditionnelles dans la baie de Fundy, un nombre croissant de baleines se dirigent vers le golfe du Saint-Laurent, où elles rencontrent davantage de trafic maritime et des zones de pêche très fréquentées.

Entre 2017 et 2023, les collisions avec des navires et les enchevêtrements dans les engins de pêche ont été la principale cause de décès et de blessures graves chez les baleines noires.

On pense que la population de baleines noires a culminé à environ 21 000 individus avant que la chasse agressive ne réduise considérablement leur nombre. Dans les années 1920, il en restait moins de 100. Après l'interdiction de la chasse à la baleine noire en 1935, la population est passée à 483 individus en 2010.

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 13 mai 2024.

/li>