Bandcamp Friday : Soutenez les artistes en achetant ces morceaux de musique

En mars, alors que l’impact de la pandémie de coronavirus sur l’industrie de la musique venait à peine de se focaliser, la plate-forme musicale en ligne Bandcamp a trouvé une manière innovante d’aider les artistes dans le besoin: pendant un jour, le site a renoncé à sa part de revenus sur toutes les ventes, donnant les musiciens tirent davantage de l’argent de chaque disque, bande ou T-shirt. Les fans ont répondu en grand nombre, dépensant plus de 4 millions de dollars ce vendredi. Ces résultats étaient si encourageants que Bandcamp prolonge maintenant ces vacances de vente au premier vendredi des trois prochains mois, à compter du 1er mai.

Il y a des tonnes de musique incroyable à trouver sur Bandcamp dans n’importe quel genre que vous aimez, et ça sonnera encore mieux une fois que vous savez que votre argent va soutenir les artistes qui l’ont fait. Vous voudrez peut-être commencer par ramasser un disque ou un morceau de merch d’un acte que vous aimez déjà. Une fois que vous avez fait cela, pourquoi ne pas tenter quelque chose de nouveau? Voici une douzaine de suggestions pour votre prochain achat de Bandcamp, choisies par le personnel de Rolling Stone.

Radiator Hospital, New Depression

« Est-ce que ce ne sera pas bien quand tout sera un souvenir? » Maintenant que vous en parlez, oui. Radiator Hospital, un groupe qui connaît bien l’art de se chanter dans, à travers et hors de l’inertie émotionnelle, endosse le blues du lock-out dans Nouvelle dépression, un rapport de terrain de 4 chansons des premières semaines de la quarantaine. (Vous vous souvenez de fin mars?) Sam Cook-Parrott, le Jim Croce des bardes indépendants modernes, chante admirablement le combat pour garder vos sentiments en vie, même lorsque les sentiments sont de rage et de frustration. Dans « New Depression », il essaie de garder ses yeux sur l’avenir (« Ce ne sera pas bien quand il y a quelque chose que vous voulez? »); dans «Summer Movies», il revisite un souvenir romantique juste pour se rappeler que le chagrin est un signe de vie. – Rob Sheffield

Trace Mountains, Lost in the Country

L’ancien guitariste de LVL UP Dave Benton apparaît comme un savant pop sur son deuxième album, Perdu à la campagne, qui tisse le rock de l’arène de War on Drugs, (Sandy) Alex Folk indie endetté et pop chambre lo-fi à travers ses dix chansons aérées. Benton n’aurait jamais pu imaginer que son disque, empreint de romantisme pastoral, serait publié alors qu’une grande partie du pays restait coincé dans leurs maisons. «Se réveiller un après-midi brumeux», chante-t-il, son doux murmure nasal se sentant comme un baume. « Dériver directement dans un rêve, avec seulement de bonnes choses. » – Jonathan Bernstein

Bartees Strange – Say Goodbye To Pretty Boy

Lorsque Bartees Strange a assisté à un concert du National, son groupe préféré, à D.C.l’année dernière, il a été frappé par le nombre de personnes qu’il a exposées au public. « Cela m’a frappé combien peu de Noirs étaient dans la foule », a-t-il écrit à propos de l’expérience, « et comment ce genre semble exclure les contributions que les Noirs y ont apportées. » Sur Dites au revoir à Pretty Boy, Strange réinvente cinq des chansons du groupe indépendant de Brooklyn dans son propre style de genre, présenté sous une pochette basée sur le drapeau panafricain. Les résultats sont inspirés et récupèrent les paroles de Matt Berninger pour la propre histoire musicale et personnelle de Strange. Les instruments à cordes de «About Today» sont remplacés par des synthés pulsés, des boîtes à rythmes et sa voix de chant prudente. Le passionné «M. Novembre »devient un mantra personnel murmuré. L’explosif « Lemonworld » prend des jours de Strange dans la scène emo de l’Oklahoma, et en tant que fils d’un père militaire, il tord l’écriture maniériste de Berninger en quelque chose de plus littéral: « J’ai donné mon cœur à l’armée / La seule chose sentimentale à laquelle je pouvais penser de. » – Claire Shaffer

Dry Cleaning, Boundary Road Snacks and Drinks EP

Au début du mois de mars, le dernier week-end avant que la musique live à New York ne soit plus qu’un souvenir, le groupe de rock londonien Dry Cleaning a joué un spectacle incroyablement tapageur au Brooklyn’s Union Pool. C’est le genre de concert qui vous a rendu heureux que vous ayez été là pour pouvoir vous vanter auprès de vos amis lorsque le groupe est allé dans de plus grandes salles lors de leur prochaine tournée. Qui sait quand cela arrivera maintenant? Pendant que nous attendons, c’est le bon moment pour revoir leur paire d’excellents EP de 2019, qui regorgent de ragers acerbes comme «Viking Hair» et «Magic of Meghan», où la sereine Florence Shaw livre des monologues impassibles sur les beautés tragiques et le drame royal sur des riffs qui rappellent les hijinks des années 2000 de Franz Ferdinand, Art Brut et Bloc Party. C’est une ambiance rafraîchissante et bizarre qui ne manque jamais de ravir. – Simon Vozick-Levinson

X, Alphabetland

Nous ne reviendrons peut-être pas de sitôt dans la fosse, mais au moins X est sorti avec de la nouvelle musique. Avec 11 chansons en moins de trois minutes, Alphabetland vient, à juste titre, juste à temps pour le 40e anniversaire de l’album hors concours de X Los Angeles – et il possède une énergie et une verve à la hauteur de son prédécesseur d’âge moyen. Exene Cervenka et John Doe ne sonnent pas plus vieux que quand ils travaillaient avec le producteur Ray Manzarek, et leur morsure n’a pas terni. Les titres les plus remarquables incluent «Water & Wine» et punny «Cyrano deBerger’s Back». – Brenna Ehrlich

Sonic Youth, Live in Brooklyn 2011

Sonic Youth a installé un trésor sur Bandcamp, avec des bootlegs en direct de toute sa carrière. C’est un voyage pour explorer des moments comme le spectacle de L.A.1998 où ils se Mille feuilles Matériel. Encore mieux, Vivre à Brooklyn 2011 a son dernier concert à New York – une nuit magique sous la pleine lune sur l’East River, le genre de spectacle où tout le monde peut sentir que «quelque chose se passe ici» se précipite. Les jeunes décrochent des coupes profondes qu’ils n’avaient pas touchées depuis des décennies, faisant toutes les chansons d’amour de leur livre. C’est la seule fois où ils ont joué « Psychic Hearts ». À la fin de la nuit, Thurston Moore dit à la foule de sa ville natale: « Avec le pouvoir de l’amour, tout est possible. » Le point culminant: «Eric’s Trip», où Lee Ranaldo exulte devant les guitares, «Le ciel est bleu ! Le ciel est le bleu le plus profond et le plus pur que j’aie jamais vu ! Et les points sur le globe sont juste…points sur le globe ! » Un à chérir. – Rob Sheffield

Steve Lehman, Xenakis and the Valedictorian / Tim Berne, Sacred Vowels

À quoi ressemble le jazz pendant une pandémie? Deux nouvelles sorties solo de compositeurs de saxophonistes bien connus, enregistrées depuis le début de la quarantaine aux États-Unis, constituent les débuts d’une image composite.

Les fans du travail de Steve Lehman sont habitués à entendre des opus méticuleusement tournés vers l’avenir qui s’inspirent également du post-bop, du classique contemporain, du hip-hop et de l’électronique. Cette fois-ci, rien de tout cela n’était possible. «Au milieu de la scolarisation à domicile de mes deux jeunes enfants et de l’enseignement à distance au California Institute of the Arts, je mets de côté une heure tous les jours pour travailler sur le répertoire du saxophone solo», écrit Lehman à propos de l’origine de son nouveau 10 titres, 10 minutes. Libération, Xenakis et le major de promotion. (Une dédicace à sa maman musicalement omnivore, avec qui il ne pouvait pas être avec elle à l’occasion de son 80e anniversaire la semaine dernière, il a été enregistré entièrement sur un iPhone dans le siège passager de sa voiture.) Des morceaux comme «Ecstatics», un verticille de 46 secondes des sons du souffle, des touches et des anches, et le « Max » rude et staccato burst sont abstraits mais focalisés sur le laser: des évocations sonores de ce que signifie tirer le meilleur parti d’une pratique créative bouleversée par des événements imprévus. L’album fait partie de «This Is Now: Love In The Time of COVID», une série de sorties ad hoc du label de Lehman, Pi Recordings, dont la sortie prévue est maintenant suspendue; une deuxième sortie, du pianiste Vijay Iyer et du rappeur-producteur Mike Ladd, sortira le 8 mai.

Lehman n’est pas le seul saxophoniste à tirer le meilleur parti de notre situation surréaliste. Tim Berne, un chef d’orchestre également connu pour ses compositions magnifiquement noueuses – jouées au cours des 40 dernières années par une série de groupes télépathiques, dont Bloodcount, Science Friction et l’actuel Snakeoil – a décidé d’utiliser son temps d’arrêt inattendu chez lui à Brooklyn pour enfin enregistrer son premier album solo, quelque chose qu’il voulait faire depuis un moment. Les résultats sont publiés le 1er mai sur le nouveau label numérique de Berne, 9donkeys. « Vendredi dernier, je suis entré dans une pièce avec mon klaxon et mon pyjama et c’est ce qui s’est passé », écrit-il. Alors que l’album de Lehman semble urgent et compressé, celui de Berne se présente comme aéré et détendu, une communion presque priante avec une mélodie en liberté et un ton ardent. – Hank Shteamer

Alabaster DePlume, To Cy & Lee: Instrumentals Vol. 1

Parfois, un bruit fort peut être la meilleure prescription pour un monde stressé, et parfois vous avez besoin de quelque chose d’un peu plus apaisant. Si vous êtes dans cette dernière humeur, essayez cette collection de morceaux sans paroles du saxophoniste, compositeur et chef d’orchestre Alabaster DePlume, qui a un ton instrumental aussi cool et surnaturel que son nom de scène fantaisiste. La plupart de cette musique est apparue à l’origine sur d’autres versions de DePlume dispersées au cours de la dernière décennie, mais tout est réuni pour former un album qui ravira les chefs de jazz, les amateurs de modernisme classique, les drifters psychédéliques et les auditeurs de fond occasionnels. (Si vous aimez les produits physiques, optez pour la jolie édition en vinyle violet sur le très important label de Chicago International Anthem.) – Simon Vozick-Levinson

Lauren Hoffman, Mercury Girls

L’auteur-compositeur SoCal-via-Virginia atteint un sommet à saveur de Laurel Canyon Mercury Girls, qui a l’ambiance de couvaison de son culte culte des années 90 Megiddo mais avec un côté adulte dans « Lost Cause » (les hommes en général) ou « The Chemical » (écrit le jour de la mort de Scott Weiland). « Mercury Girls » est l’étourdissante: un Bowie-frappé aux femmes interplanétaires piégées sur terre. La Mercury Girl pourrait passer pour humaine, mais à l’intérieur, « Elle te cache son esprit / Elle garde ses secrets pour les chansons. » Hoffman fait également un remake de Bandcamp qui est un fabuleux duo acoustique avec sa fille de 11 ans. – Rob Sheffield

The Good Life, The Animals Took Over

Rendre justice à la musique d’Ornette Coleman exige à la fois une grande tendresse et une volonté de colorier en dehors des lignes. Dans les deux cas, la Good Life est plus que prête à relever le défi. Conçu par le batteur aventureux de la côte ouest, Scott Amendola, le groupe présente un casting de virtuoses qui aiment brouiller et plier les genres: John Dieterich et Nels Cline, des magiciens d’avant-guitare et des membres respectifs de Deerhoof et Wilco; M. Bungle et le bassiste Fantômas Trevor Dunn; et Ben Goldberg, spécialiste du jazz et de la clarinette klezmer.

Sur Les animaux ont pris le relais, un album live enregistré en 2009 et sorti plus tôt ce mois-ci au profit de la Food Bank NYC, le groupe se divertit à travers les classiques de Coleman «Congeniality» et «The Good Life», flotte rêveusement à travers des ballades de Goldberg et de son ancêtre de clarinette Jimmy Giuffre, et ébranle et piétine à travers une improvisation collective sauvage. L’ensemble du disque ressemble à une célébration de ce qui peut se produire sur scène par une bonne nuit – et, espérons-le, le sera bientôt – lorsqu’un groupe entier se rallie autour d’un objectif commun. – Hank Shteamer

Internet permet de découvrir le monde de l’art

Inutile de sortir ou encore de chercher des lieux prisés par les artistes, car Internet est souvent une source d’inspiration à ne pas négliger. Grâce au site coloori, vous pourrez notamment exprimer votre talent pour le coloriage et c’est aussi une méthode pour découvrir d’autres thèmes toujours aussi sympathiques.

  • Contrairement aux idées reçues, le monde du coloriage n’est pas seulement réservé aux enfants, car les adultes ont une vraie passion pour ce secteur.
  • Cela permet de profiter pleinement de ce moment de détente et vous développez ainsi comme pour les plus jeunes vous concentration.
  • De plus, le monde de l’art est assez vaste et il devrait vous apporter la plus grande satisfaction, car les ressources sont nombreuses et variées.
  • Vous pourrez également partager cette passion avec vos enfants qui développent aussi certaines compétences.

N’hésitez pas à soutenir également les artistes à travers les réseaux sociaux puisqu’ils sont souvent en quête de visibilité et en partageant leurs oeuvres, vous pouvez ainsi les aider que ce soit pour la peinture, de simples coloriages et même la musique. Internet est une véritable fenêtre sur le monde de l’art et vous ne serez pas déçu par les contenus.

Jacqueline Martin

Jacqueline Martin

Alain est journaliste avec plusieurs années d'expérience. Passionné par les enjeux sociétaux, il couvre des sujets tels que la politique, l'environnement, la santé et les droits humains.