La Bundesbank appelle à une refonte économique alors que l’économie allemande se contracte

/p>

selon la Bundesbank.

Malgré un ralentissement de l’inflation, une croissance robuste des salaires et un marché du travail solide, les consommateurs hésitent à dépenser, a déclaré la banque centrale.

Parallèlement, la faiblesse du secteur manufacturier s’intensifie et la hausse des coûts de financement pourrait aggraver les tensions sur la demande intérieure et étrangère.

Même si les entreprises ont relativement bien digéré les récents vents contraires, comme le choc énergétique, et qu’il n’y a aucun signe d’une disparition imminente du secteur manufacturier, « il existe un grand besoin d’action » pour s’adapter au nouvel environnement, a déclaré la Bundesbank.

« Les problèmes qui doivent être résolus sont complexes et en partie liés les uns aux autres », indique-t-elle lundi dans son rapport mensuel.

Les hommes politiques berlinois « font quelques pas dans la bonne direction. Mais il faut aussi que ces mesures soient exécutées et poursuivies.»

L’abandon rapide des combustibles fossiles russes, la fragmentation du commerce mondial et le vieillissement de la société ont déclenché un débat sur la question de savoir si l’Allemagne est à nouveau confrontée à une période de sous-performance économique.

Certains ont évoqué l’époque qui a suivi la réunification dans les années 1990, lorsque le pays était qualifié d’« homme malade de l’Europe ».

Mais le président de la Bundesbank, Joachim Nagel, a rejeté cette analyse, avertissant de ne pas sous-estimer la « capacité d’adaptation » de l’économie.

Les défis pour le pays sont considérés comme particulièrement prononcés car, avec environ 18%, l’industrie manufacturière représente une part plus importante du produit intérieur brut qu’ailleurs.

Selon la Bundesbank, une baisse vers des niveaux plus proches de ceux des autres économies avancées ne devrait cependant pas être préoccupante en soi.

En effet, la croissance de la productivité en Allemagne depuis les années 1990 n’a pas dépassé celle des pays dont la transition vers une économie basée sur les services a été plus rapide. À l’avenir, « il sera crucial d’exploiter davantage le potentiel du changement numérique », affirme-t-il.

À mesure que les risques géopolitiques augmentent, les entreprises devraient « repenser » leur forte dépendance aux importations chinoises ainsi que tout investissement supplémentaire dans ce pays, a déclaré la Bundesbank. Tout en avertissant que certains produits dont dépendent les entreprises sont difficiles à approvisionner ailleurs, un désenchevêtrement soudain des chaînes d’approvisionnement pèserait sur le secteur manufacturier à court terme.

Pour faire face à la hausse des coûts énergétiques provoquée par la guerre en Ukraine et la transition verte, l’Allemagne devrait veiller à ce que les sources et les réseaux d’énergie renouvelable puissent être construits rapidement, a déclaré la Bundesbank, qui a appelé à des procédures publiques de planification et d’approbation plus simples et plus rapides.

Le changement démographique présente un autre défi majeur car il est sur le point de réduire l’offre de travailleurs, dit-il, suggérant aux autorités de stimuler l’immigration en provenance de pays extérieurs à l’Union européenne et de fournir davantage de services de garde d’enfants pour permettre aux femmes, en particulier, de travailler davantage.