Depuis les premiers jours de la suprématie du hip-hop. que ce soit au micro, dans la rue ou même entre les draps. Braggadocio a toujours fait partie du modus operandi du rappeur portoricain Anuel AA, depuis ses premiers enregistrements underground jusqu’à aujourd’hui. Maintenant, il vend des arènes sportives et cultive des partenariats de marque lucratifs, mettant à profit ces vantardises démesurées.



Avec Las Leyendas Nunca Mueren, son troisième album solo et le premier depuis l’équipe moins que divine d’Ozuna Los Dioses, Anuel se tourne vers un autre domaine où l’audace autonome rapporte gros : le sport. De la recréation reconnaissable de la couverture du trophée NBA de Kobe Bryant aux extraits de la célèbre raillerie de Lennox Lewis de Mike Tyson sur  » Mi Voz Cuesta Un Billión « , il trace une ligne pointillée entre ces champions et lui-même. Renforcée par des morceaux robustes comme  » Rick Flair  » et  » Mcgregor « , l’influence des athlètes vedettes imprègne l’album, une expression surdimensionnée de l’histoire d’amour bien établie du rap avec le succès sportif.

Critique :  Las Leyendas Nunca Mueren  d'Annuel AA

Tout artiste emblématique dont la discographie mérite d’être discutée passe inévitablement par des changements qui impactent sa musique, pour le meilleur ou pour le pire. La chute prévisible de l’ancien associé Tekashi 6ix9ine et une rupture très médiatisée avec le fiancé de la superstar Karol G – avec qui le roi du piège portoricain partage notamment certains de ses plus grands succès – sont précisément le genre d’événements publics qui entraînent des conséquences simultanément nature personnelle et professionnelle. Il a certainement fait pire, après avoir passé du temps incarcéré pour des accusations d’armes fédérales au moment même où le grand public commençait à tenir compte du mouvement de piège latin qu’il dirigeait sans doute.



Après s’être fait un nom internationalement connu dans le reggaeton et le pop-at-large aux côtés de personnes sur lesquelles il ne peut plus compter, Anuel a assurément affronté les tentations concurrentes d’une réinvention ou d’un retour à la forme. Las Leyendas Nunca Mueren se penche largement et de manière gratifiante vers ce dernier, avec la tirade d’ouverture de fin de probation de « Real Hasta La Muerte » donnant le ton pour une grande partie de ce qui suit. Il est fanfaron et sûr de lui sur « Leyenda » et tient bon à côté de l’étoile montante affamée Eladio Carrión sur la première vedette « Caroline du Nord ».

Même avec ce ravivement de son O.G. Flamme trapero, Anuel ne tourne pas le dos aux amateurs de reggaetón et de pop hispanophone venus faire la fête avec le gars derrière  » China  » et  » Secreto « . Bien qu’il ne s’agisse pas exactement de perreo aux heures de grande écoute, les singles « Dictadura » et « Subelo », avec Myke Towers et Jhay Cortez, équilibrent le subterfuge romantique et piègent le luxe avec le dancefloor à l’esprit, plus que n’importe quoi de l’an dernier à l’esprit commercial Emmanuelle. Il pousse cette esthétique à l’extrême sur la percutante « Llorando En Un Ferrari », un instantané de style de vie aussi révélateur qu’irrésistible. Inversant le cours sur le tempo mais augmentant l’honnêteté émotionnelle, « Pin » trouve Anuel partageant plus de lui-même que jamais prévu, montrant une maturité qui aide à faire Las Leyendas Nunca Mueren son meilleur album à ce jour. Ajoutez l’œuf de Pâques Bad Bunny à la fin, et vous obtenez quelque chose qui correspond au sens légendaire de lui-même d’Anuel AA.