L’Ethereum peut-il dépasser le Bitcoin  ?

La cryptomonnaie fondée par Vitalik Buterin a dépassé le cap des 4000 dollars le 10 mai, atteignant même un pic à 4372 dollars deux jours plus tard sur Binance. Si le prix de l’ETH semble se corriger au moment de l’écriture de ces lignes, l’ascension de la deuxième crypto du marché est vertigineuse.

La deuxième capitalisation de marché des cryptomonnaies

Après le Bitcoin, au tour de l’Ethereum ! Depuis le début de l’année, l’actu crypto est marquée par un bull run qui voit le prix de nombreuses cryptomonnaies augmenter drastiquement. Mais pendant que le prix du BTC approchait les 65000 dollars, l’ETH semblait stagner.

Cependant, fin avril, le prix de l’Ethereum a grimpé rapidement jusqu’à augmenter de plus de 2000 dollars en seulement deux semaines. Cela représente en terme de capitalisation de marché 400 milliards de dollars, et 17 % de part de marché. En comparaison, Bitcoin dispose d’un market cap plus de deux fois supérieur. Même si l’ETH est encore loin du Bitcoin, la crypto réduit petit à petit l’écart qui la sépare du BTC.

Que permet l’Ethereum ?

Ce qui différencie l’Ethereum de son principal concurrent est avant tout sa technologie. Cette dernière repose sur une blockchain décentralisée et des smart contracts. Tout un écosystème d’applications décentralisées et de tokens en découle. Plusieurs cryptomonnaies du top 20 en font partie, tout comme de nombreux stablecoins tels que l’USDT et le BUSD.

La finance décentralisée (DeFi) est en train de convaincre de plus en plus d’acteurs économiques. Les protocoles décentralisés les plus utilisés comme Uniswap et Compound ont tous été fondés sur l’écosystème Ethereum. Dernièrement, ce sont les NFT qui ont accompagné la montée de l’Ethereum. Ces tokens non fongibles, qui peuvent se vendre à prix d’or, sont la plupart liés à la deuxième cryptomonnaie.

Ethereum 2.0

Si l’Ethereum vous semble trop beau pour être vrai, vous avez sans doute la bonne intuition. Le principal frein au développement de l’Ethereum et à son accession au Top 1 des crypto est le coût trop élevé de ses frais de transaction. En cause notamment, la consommation d’électricité importante due au minage.

C’est pourquoi la fondation Ethereum a enclenché la transformation de son écosystème vers un Ethereum 2.0. L’ETH verra ainsi son minage changer d’un système de Proof-of-Work vers un système de Proof-of-Stake.

De plus, la rémunération des mineurs sera modifiée du tout au tout. Jusqu’alors, les mineurs recevaient des frais pour le travail de calcul effectué par leurs ordinateurs. Ces frais étaient volatiles et élevés.

Dans le futur, ces frais seront stables, et une partie du gaz envoyé aux mineurs sera brûlé. Cela signifie qu’une partie de l’Ethereum en circulation sera détruite, pouvant potentiellement faire augmenter le prix. Le nombre de bitcoins est par contre prédéfini et ne changera jamais.

Vers une première place dans le panthéon des cryptomonnaies ?

La mise à jour à venir du réseau Ethereum est donc un point intéressant pour les investisseurs privés comme publics. Aucune date précise n’est encore prévue pour son déploiement, mais ses développeurs ont fait savoir que les tests étaient déjà concluants. La date d’octobre 2021 est par exemple avancée.