« La guerre n'est pas finie » : Israël bloque le retour des Palestiniens au nord de Gaza

  • Israël bloque le retour des Palestiniens dans le nord de Gaza malgré la trêve négociée par le Qatar.
  • Des vidéos montrent les Palestiniens rentrer chez eux dans cette zone malgré les avertissements israéliens.
  • Beaucoup de personnes déplacées ne peuvent pas rentrer chez elles car leurs maisons ont été détruites pendant la guerre.

Israël a déclaré que le nord de Gaza était hors de portée alors que les Palestiniens déplacés tentent de profiter de la pause dans les combats pour rentrer chez eux.

Un grand nombre de personnes déplacées tentaient de rentrer chez elles à travers Gaza alors que la trêve de quatre jours négociée par le Qatar est entrée en vigueur vendredi matin. Cependant, Israël a averti la population qu’elle ne serait pas autorisée à entrer dans le nord de l’enclave déchirée par la guerre.

dans le nord de la bande de Gaza, malgré l’insistance de l’armée israélienne sur le fait qu’il s’agit d’une zone de combat.

Pourtant, des centaines de personnes pouvaient être vues vendredi en train de marcher vers le nord.

« La guerre n'est pas finie » : Israël bloque le retour des Palestiniens au nord de Gaza

Citant des témoins, l’agence de presse palestinienne Wafa a déclaré que sept personnes avaient été blessées par les forces israéliennes alors qu’elles tentaient de se rendre au nord de Gaza.

de Khan Younis, dans le sud de Gaza.

Un porte-parole militaire israélien, Avichay Adraee, a publié une déclaration en arabe sur X.

“Résidents de Gaza, le mouvement de la population du sud de la bande vers le nord ne sera en aucun cas autorisé, mais uniquement du nord vers le sud”, peut-on lire.

« Nous vous invitons à ne pas vous approcher des forces militaires et des zones situées au nord de la vallée de Gaza. Profitez du temps pour reconstituer vos besoins et organiser vos affaires », a-t-il déclaré.

« La zone située au nord de la bande de Gaza est une zone de combat et il est interdit d’y séjourner. La guerre n’est pas terminée et nous vous exhortons à obéir aux enseignements et aux avertissements pour votre sécurité », a ajouté Adraee.

‘Tout est cassé’

De nombreuses personnes n’ont plus de logement où rentrer après sept semaines de bombardements et d’invasions terrestres israéliennes qui ont débuté le 7 octobre.

«Je n’ai nulle part où retourner, même si [the Israelis] permettez-nous de retourner à Gaza. Ma maison a été bombardée et complètement détruite le troisième jour de la guerre », a-t-il déclaré.

« En même temps, je suis heureux pour les personnes dont des proches ont disparu. Au moins, ils peuvent aller ramasser les morceaux et essayer de les retrouver.

Zak Hania, un Palestinien déplacé qui a fui le camp de réfugiés de Shati, a déclaré que « tout est brisé à Gaza ».

dans le sud du pays.

Lorsqu’on lui a demandé s’il prévoyait de rentrer chez lui pendant la trêve, Hania a répondu : « Nous ne pouvons pas y aller parce que l’armée israélienne a déclaré que personne n’était autorisé à retourner dans le nord et que les gens ont peur et hésitent à y aller.

« Je pense qu’il est dangereux de rentrer parce qu’ils sont toujours sur la route qui sépare le nord et le sud de Gaza… Nous ne sommes sûrs de rien et nous prions simplement pour que le cessez-le-feu soit respecté », a-t-il déclaré.

Reprise de la guerre imminente

Hani Mahmoud, en reportage depuis Khan Younis, dans le sud de Gaza, a déclaré que le fait imminent que la guerre reprendrait dans quelques jours était une énorme déception pour la population.

« Il y a un sentiment de bonheur, un sentiment d’optimisme, mais c’est un optimisme prudent car après 48 jours de frappes aériennes et de meurtres incessants, de nombreux Palestiniens ont été entourés de destruction et de sang, et les corps de leurs proches et des membres de leur famille ont été retrouvés. », a déclaré Mahmoud.

« Le cessez-le-feu intervient lorsque les gens veulent prendre un moment pour simplement se surveiller les uns les autres et vérifier leurs maisons et leurs biens », a-t-il déclaré.

« Il y a aussi le fait imminent que la guerre reprendra dans quelques jours, selon les responsables israéliens », a déclaré Mahmoud.

« Cette déclaration a été très dévastatrice et déprimante pour de nombreux Palestiniens qui pensent que ce cessez-le-feu est incomplet et injuste, car ils veulent aller vérifier chez eux et voir qui reste parmi les membres de leur famille », a-t-il déclaré.

La guerre israélienne a tué plus de 14 800 personnes à Gaza depuis le 7 octobre. En Israël, le bilan officiel des attaques du Hamas avant la guerre s’élève à environ 1 200 personnes.