in

Les meilleures choses que nous avons vues à Electric Zoo 2023 – Rolling Stone

Electrical Zoo est revenu à Randall’s Island Park ce week-stop de la fête du Travail, mais non sans quelques conflits. La première journée du competition a été annulée vendredi, quelques heures avant l’ouverture des portes, en raison de la construction incomplète de la scène principale. Des foules agitées ont franchi les portes dimanche après avoir été informées que la salle avait atteint sa capacité. Malgré des erreurs de conception de scène et des retards dans l’heure de début, les artistes qui ont pu se produire pendant les deux jours restants ont électrisé le general public avec des tubes riches en basses et des visuels hypnotiques.

Meilleur solo de guitare : Gryffin

Les ravers ont hurlé à pleins poumons sur les airs dwelling mélodiques de Gryffin alors qu’il se produisait sur la scène Convergence samedi. Au cours de la dernière fin de son set de 75 minutes, le natif de San Francisco a rampé jusqu’à la cabine du DJ, guitare électrique à la most important, et a commencé à jouer sur « Feel Good », tandis que le feu jaillissait de la scène. Gryffin, qui est devenu pianiste de formation classique dès son in addition jeune âge, a cogné sa tête dans ses cheveux mi-longs alors que la foule bougeait ses bras à l’unisson.

Annonce la additionally surprenante  : Alison Wonderland

La productrice australienne Alison Wonderland n’a rien caché, annonçant notamment son retour sur le circuit des festivals après avoir accouché, lors de sa prestation samedi. Au milieu de morceaux riches en basses et de morceaux défiant la mort, elle a partagé que son enfant de deux mois et demi était lui-même en educate de devenir un jeune raver et a déclaré qu’il écoutait de la techno comme une berceuse pour l’aider à dormir.

Zedd se produit à Electric Zoo Andrew Rauner

Meilleure énergie  : Zedd

S’il existait un pack de démarrage raver, il serait équipé d’une demi-douzaine de chansons de Zedd. Le producteur-DJ lauréat d’un Grammy a clôturé samedi avec un set de 75 minutes débordant de ses singles en tête des charts comme “Break No cost”, avec Ariana Grande, et “We’re Stunning Now”. Le spectacle a atteint son issue culminant lorsque les contributors ont levé la lumière de leur téléphone sur la mélodie classique « Clarity » et que des feux d’artifice ont explosé dans le ciel.

Les meilleures choses que nous avons vues à Electric Zoo 2023 – Rolling Stone

Meilleur general public pour un premier set  : Layton Giordani

Ceux qui ont eu la probability de passer l’entrée d’Ezoo avant 18 heures ont pu goûter au nouveau venu techno Layton Giordani. Le public n’a pas été perturbé par les températures torrides tandis que Layton diffusait des tubes techno à travers la foule, certains contributors jouant avec des cerceaux et des yo-yos.

Choix de l’éditeur

Meilleure scénographie : Nora en Pure

Alors que les rythmes mélodiques de Nora en Pure se répercutaient dans la foule, la scénographie de Morphosis a entraîné les individuals dans une évasion sous-marine. Reflet des blocs de construction Minecraft, des bancs de poissons, des requins et des mantes religieuses serpentant d’écran en écran dans une mer de bleu. Le style était rafraîchissant, contrastant avec les couleurs aveuglantes associées aux scènes voisines, et s’accordait bien avec le son hypnotique et la musique émotionnelle du DJ suédois.

Meilleur coucher de soleil  : Tiesto

Alors que le soleil du dimanche créait une teinte orange dans le ciel, le DJ world-trotter a submergé le parc de transe et de bass residence. Fort de plusieurs décennies d’expérience, la effectiveness du DJ néerlandais était inégalée sur la scène Convergence, alors qu’un spectacle de lumières colorées et des explosions de fumée ont hypnotisé la foule.

Tiesto se produit au zoo électrique Andrew Rauner

Meilleurs visuels  : Zeds Dead b2b Griz

Zeds Lifeless et Griz ont clôturé la scène Continuum dimanche soir, avec des clips psychédéliques et un demonstrate laser hypnotique. En moreover des mix dub, le duo s’est faufilé dans des classiques comme « The One and Only » de Snoop Dogg et « Ain’t No Mountain Large Sufficient » de Marvin Gaye, forçant la foule à se lancer dans le karaoké. Le mi-DJ/mi-saxophoniste Griz est également monté sur scène pour jouer de son instrument à vent, offrant une pause jazz avec la basse percutante.