Une sécheresse extrême en Afrique australe laisse des millions de personnes affamées

  • Une sécheresse extrême en Afrique australe laisse des millions de personnes affamées.
  • L'USAID et le Programme alimentaire mondial des Nations Unies ont distribué des rations alimentaires aux habitants touchés par la famine au Zimbabwe.
  • La sécheresse a ravagé les cultures dans plusieurs pays de la région, provoquant une crise humanitaire sans précédent.
  • Le changement climatique aggrave la situation en privant les populations des ressources nécessaires pour survivre.

Zanyiwe Ncube a versé sa petite part de précieuse huile de cuisson dorée dans une bouteille en plastique sur un site de distribution d'aide alimentaire au cœur de la campagne du Zimbabwe.

« Je ne veux pas en perdre une seule goutte », a-t-elle déclaré.

Son soulagement face à cette aide – payée par le gouvernement des États-Unis alors que son pays d'Afrique australe est confronté à une grave sécheresse – a été tempéré lorsque les travailleurs humanitaires ont gentiment annoncé la nouvelle que ce serait leur dernière visite.

Ncube et son fils de 7 mois qu'elle portait sur son dos faisaient partie des 2 000 personnes qui ont reçu des rations d'huile de cuisson, de sorgho, de pois et d'autres produits dans le district de Mangwe, au sud-ouest du Zimbabwe. La distribution de nourriture fait partie d'un programme financé par l'agence humanitaire américaine USAID et déployé par le Programme alimentaire mondial des Nations Unies.

Une sécheresse extrême en Afrique australe laisse des millions de personnes affamées

Leur objectif est d'aider certaines des 2,7 millions d'habitants des zones rurales du Zimbabwe menacés de famine en raison de la sécheresse qui sévit dans une grande partie de l'Afrique australe depuis fin 2023. Elle a détruit les cultures que des dizaines de millions de personnes cultivent elles-mêmes et dont dépendent pour survivre, aidés par ce qui devrait être la saison des pluies.

Ils peuvent de moins en moins compter sur leurs récoltes et sur la météo.

La sécheresse au Zimbabwe, dans les pays voisins en Zambie et au Malawi, a atteint des niveaux de crise. La Zambie et le Malawi ont déclaré des catastrophes nationales. Le Zimbabwe pourrait être sur le point de faire de même. La sécheresse a atteint le Botswana et l'Angola à l'ouest, ainsi que le Mozambique et Madagascar à l'est.

Il y a un an, une grande partie de cette région a été inondée par des tempêtes tropicales et des inondations meurtrières. Nous sommes au milieu d’un cycle météorologique vicieux : trop de pluie, puis pas assez. C'est l'histoire d'extrêmes climatiques qui, selon les scientifiques, deviennent de plus en plus fréquents et de plus en plus dommageables, en particulier pour les personnes les plus vulnérables de la planète.

À Mangwe, les jeunes et les vieux faisaient la queue pour manger, certains avec des charrettes tirées par des ânes pour rapporter à la maison tout ce qu'ils pouvaient trouver, d'autres avec des brouettes. Ceux qui attendaient leur tour étaient assis sur le sol poussiéreux. À proximité, une chèvre tentait sa chance en grignotant un buisson épineux et décharné.

Ncube, 39 ans, serait normalement en train de récolter ses récoltes maintenant – de la nourriture pour elle, ses deux enfants et une nièce dont elle s'occupe également. Il y aurait peut-être même un petit plus à vendre.

Le mois de février le plus sec jamais enregistré au Zimbabwe, selon l'analyse saisonnière du Programme alimentaire mondial, a mis un terme à cette situation.

« Nous n’avons rien dans les champs, pas un seul grain », dit-elle. “Tout a été brûlé (par la sécheresse).”

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance affirme qu'il existe des « crises superposées » de conditions météorologiques extrêmes en Afrique orientale et australe, ces deux régions oscillant entre tempêtes et inondations, chaleur et sécheresse au cours de l'année écoulée.

En Afrique australe, on estime que 9 millions de personnes, dont la moitié sont des enfants, ont besoin d'aide au Malawi. Plus de 6 millions de personnes en Zambie, dont 3 millions d'enfants, sont touchées par la sécheresse, a indiqué l'UNICEF. Cela représente près de la moitié de la population du Malawi et 30 % de celle de la Zambie.

« Malheureusement, les conditions météorologiques extrêmes devraient devenir la norme en Afrique orientale et australe dans les années à venir », a déclaré Eva Kadilli, directrice régionale de l'UNICEF.

Alors que le changement climatique d’origine humaine a entraîné des conditions météorologiques plus irrégulières à l’échelle mondiale, quelque chose d’autre dessèche l’Afrique australe cette année.

El Niño, phénomène climatique naturel qui réchauffe certaines parties de l'océan Pacifique tous les deux à sept ans, a des effets variés sur le climat mondial. En Afrique australe, cela se traduit par des précipitations inférieures à la moyenne, parfois par une sécheresse, et sont imputées à la situation actuelle.

L'impact est plus grave pour les habitants de Mangwe, où le climat est notoirement aride. Les gens cultivent du sorgho et du mil, des céréales qui résistent à la sécheresse et offrent une chance de récolte, mais même eux n'ont pas résisté aux conditions cette année.

Francesca Erdelmann, directrice nationale du Programme alimentaire mondial pour le Zimbabwe, a déclaré que la récolte de l'année dernière était mauvaise, mais que cette saison est encore pire. “Ce n'est pas une circonstance normale”, a-t-elle déclaré.

Les premiers mois de l’année sont traditionnellement les « mois maigres » où les ménages manquent de ressources en attendant la nouvelle récolte. Il y a cependant peu d’espoir de reconstitution cette année.

Joseph Nleya, un chef traditionnel de Mangwe âgé de 77 ans, a déclaré qu'il ne se souvient pas qu'il faisait aussi chaud, aussi sec, aussi désespéré. « Les barrages n’ont pas d’eau, les lits des rivières sont asséchés et les forages sont rares. Nous comptions sur les fruits sauvages, mais ils ont également séché », a-t-il déclaré.

Des gens traversent illégalement la frontière vers le Botswana pour chercher de la nourriture et « la faim transforme des personnes qui travaillent dur en criminels », a-t-il ajouté.

Plusieurs agences humanitaires ont averti l’année dernière de la catastrophe imminente.

Depuis lors, le président zambien Hakainde Hichilema a déclaré qu'un million d'hectares sur les 2,2 millions d'hectares de maïs de base de son pays avaient été détruits. Le président du Malawi, Lazarus Chakwera, a lancé un appel à 200 millions de dollars d'aide humanitaire.

Les 2,7 millions de personnes en difficulté dans les zones rurales du Zimbabwe ne représentent même pas une image complète. Une évaluation des récoltes à l'échelle nationale est en cours et les autorités redoutent les résultats, le nombre de personnes ayant besoin d'aide étant susceptible de monter en flèche, a déclaré Erdelmann du PAM.

Avec la perte de la récolte de cette année, des millions de personnes au Zimbabwe, dans le sud du Malawi, au Mozambique et à Madagascar ne seront pas en mesure de se nourrir jusqu'en 2025. Le système d'alerte précoce contre la famine de l'USAID estime que 20 millions de personnes auraient besoin d'une aide alimentaire en Afrique australe au cours de la période premiers mois de 2024.

Beaucoup ne recevront pas cette aide, car les agences humanitaires disposent également de ressources limitées dans un contexte de crise alimentaire mondiale et de réduction du financement humanitaire par les gouvernements.

Alors que les responsables du PAM effectuaient leur dernière visite à Mangwe, Ncube calculait déjà combien de temps la nourriture pourrait lui suffire. Elle a dit qu’elle espérait que ce serait suffisamment long pour apaiser sa plus grande crainte : que son plus jeune enfant sombre dans la malnutrition avant même son premier anniversaire.

___

Imray a rapporté du Cap, en Afrique du Sud.

___

Melinda Gates Foundation Trust pour sa couverture mondiale de la santé et du développement en Afrique Trouvez les normes d' une liste de sympathisants et les zones de couverture financées sur AP.org.