Avant que Steven Tyler et Joe Perry ne deviennent les « Toxic Twins », ils étaient simplement intoxiqués. Sur une bande démo récemment découverte, qui sort avec le titre malheureusement chétif The Road Starts Hear, qu’Aerosmith a coupé en 1971 – deux ans avant de sortir leur premier album éponyme – le groupe sonne lâche et lubrifié sur des versions embryonnaires de  » Dream On « ,  » Mama Kin  » et d’autres chansons qu’ils joueraient en direct pendant les 50 prochaines années. C’est à la fois un sonogramme du groupe en tant que compagnons et un témoignage de la vision qu’ils ont eue au début, la détermination acharnée de rêver jusqu’à ce que le rêve devienne réalité – même si cela semble tout sauf rêveur sur le moment.



Les membres du groupe étaient tous à la fin de l’adolescence ou au début de la vingtaine lorsqu’ils se sont réunis pour la première fois en 1970. À l’origine, Tyler avait enrôlé Perry, le bassiste Tom Hamilton et le batteur Joey Kramer pour le soutenir sur une cassette d’audition pour le Jeff Beck Group, qui avait s’est récemment séparé de Rod Stewart. Ils ont finalement pensé qu’ils avaient fait une très bonne raquette ensemble, ont emprunté un surnom au roman de Sinclair Lewis, Arrowsmith, et se sont lancés dans la création du plus grand groupe de bar de Boston. C’est cet Aerosmith qui joue sur 1971 : The Road Starts Hear, un enregistrement qui révèle mieux leurs racines que leur premier LP.

Aerosmith,  1971 : The Road Starts Hear   : examen

Bien que les lèvres boudeuses de Tyler vaudraient au groupe des comparaisons avec les Stones pendant la majeure partie de sa carrière, ce disque suggère que le groupe était plus obsédé par Beck, les Yardbirds et Led Zeppelin, des artistes qui se sont fait connaître à la suite de la renaissance du blues-rock des Stones. faisant d’Aerosmith des contributeurs de la troisième vague (et leur donnant la latitude de créer éventuellement leur propre son emblématique). Sur cette bande, vous pouvez entendre l’esprit insouciant d’Aerosmith qui influencera plus tard des groupes comme Mötley Crüe et Guns N’ Roses, mais aucun des éclats pop brillants et puissants qui définiraient « Kiss my sassafras »/ »Love in an Elevator »- ère Aerosmith dans leurs années de retour. C’est l’Aerosmith brut, l’essence brute de ce qu’ils deviendraient.



Après des années de stockage, le son de l’ancienne bande est trouble et flou, ce qui ajoute en fait à l’attrait enfumé et blues des chansons. Dès le début, lorsque les membres du groupe sonnent comme s’ils organisent une soirée dans le style de Marvin Gaye « What’s Going On » alors que Perry nouille sur « Albatross » de Fleetwood Mac, avant qu’ils ne s’alignent tous sur « Somebody » d’Aerosmith, ils sonnent plus décontractés que ils l’ont jamais fait sur n’importe quel enregistrement en studio. Cette bande est très probablement une bande de répétition, donc ils sonnent au dépourvu. Dans les notes de pochette de la sortie. David Fricke, les membres du groupe disent qu’ils ne se souviennent même pas d’avoir fait cet enregistrement ; c’était juste dans une pile de cassettes que Tyler avait demandé à un ami de stocker. Mais cela montre la chimie qu’ils avaient à l’époque, pour le meilleur et pour le pire.

La plupart du matériel ici deviendrait des coupes moyennes et profondes sur les premiers disques du groupe, et les versions de l’album sonnent presque toujours mieux, grâce au son de studio d’enregistrement qui vous permet d’entendre clairement les parties de Perry et du guitariste rythmique Brad Whitford en stéréo. Sur chaque chanson ici, Tyler chante dans le genre de voix étrange de Kermit the Frog qu’il a utilisée sur le premier album, avant d’embrasser sa râpe James Browny. Et certaines des chansons, qui ont probablement été enregistrées uniquement pour le groupe, sonnent carrément bâclées. Sur « Dream On », le piano sonne faux, Perry glisse quelques notes et Tyler sonne comme s’il cherchait de l’oxygène sur les notes aiguës. Mais à l’envers, la chanson présente un outro oublié depuis longtemps pour la chanson; où le single de studio se termine comme le thème de Twilight Zone, Perry et Whitford jouent une ligne de guitare presque joyeuse, lui donnant une certaine importance historique.

Le meilleur ici, cependant, vient lorsque les musiciens se mettent simplement en mode bar-rock. Leur reprise du numéro de blues de Rufus Thomas  » Walkin’ the Dog  » semble ici tapageuse et dangereuse ; même avec le solo de flûte de Tyler, cela ressemble plus à l’hymne de la fête qu’il était probablement avant qu’ils ne le professionnalisent en studio pour Aerosmith. « Movin’ Out » (la première chanson avec un crédit d’écriture Tyler/Perry à figurer sur un album) pue le patchouli de Led Zeppelin III avec ses guitares psychédéliques et le battement de tambour de Kramer ; la version de l’album est ennuyeuse en comparaison avec son effet phaser étrange sur la voix de Tyler et son jeu plus serré.

 » Somebody  » et  » Mama Kin  » (deux chansons qui sonnent presque exactement de la même manière, sauf que  » Mama Kin  » est meilleur) montrent comment Aerosmith est né avec son groove signature intact. Ils ont probablement appris ce groove en jouant sur des chansons de blues comme les deux raretés de blues de la sortie, « Reefer Headed Woman » et « Major Barbra ». C’est un sentiment sur lequel ils perdraient plus tard leur emprise. Au moment où ils ont enregistré « Reefer » pour Night in the Ruts, ils semblaient plus blasés et comme s’ils suivaient les mouvements (cette fois avec une distorsion de guitare heavy metal.) Quant à « Major Barbra », ils l’ont rapidement abandonné, collant des versions de celui-ci sur leurs compositions Classics Live et Pandora’s Box ; c’est dommage que la version ici ne sonne pas mieux car c’est une meilleure performance que l’une ou l’autre des versions officielles.

Mais parce que vous pouvez pratiquement entendre la poussière infecter les têtes de bande, The Road Starts Hear ressemble plus à un curieux fossile, digne d’être étudié, qu’à un joyau perdu. Ce n’est pas Aerosmith ; c’est la promesse d’Aerosmith. Ce sont des réveils brutaux, pas le rêve devenu réalité.