J’avais besoin de plus que mon deuxième coup Moderna pour être prêt pour cette orgie OnlyFans

Le Kinky Rabbit Club est devenu l’une des soirées sexuelles les as well as exclusives de L.A. Une nuit récente, le thème était Studio 69.

  • Le Kinky Rabbit Club est devenu l’une des soirées sexuelles les in addition exclusives de Los Angeles alors que Warm Vax Summertime commence à rugir.
  • Le fondateur du club s’associe à des travailleuses du sexe qui publient du contenu exclusif de la fête sur leurs comptes OnlyFans
  • La journaliste Heather Hauswirth a enfilé un catsuit moucheté vert et or pour voir à quoi cela ressemblait
  • /li>

Une foule de 30 et 40 ans, pour la plupart des femmes à moitié nues, rôdait avidement dans le manoir d’Hollywood Hills à 6 hundreds of thousands de bucks vêtu d’un « disco kink ». Le thème, Studio 69, était un hommage au légendaire terrain de jeu des années 70 Studio 54.

Je venais de regarder un gars alpha aux cheveux bruns chamois en quick doré et chaussettes universitaires blanches – il m’a dit in addition tard qu’il était chercheur dans une université locale – se faire plaisir par un homme dans un speedo brillant et une femme portant du métal assorti pâtés de stars, le tout devant une statue rose Kinky Rabbit, le logo du club. Un groupe de badauds applaudit.

« Une bouche est une bouche », m’a dit l’homme quelques minutes in addition tard, en me caressant les cheveux derrière l’oreille pendant que nous discutions sur un canapé humide.

C’était à peu près la philosophie du Kinky Rabbit Club, l’une des soirées sexuelles les furthermore exclusives de L.A, renaissant de ses cendres après un an de verrouillage de Covid.

A une dizaine de mètres de moi, une autre effectiveness are living commençait : une blonde et une brune en pompons et lingerie perlée faisaient des ciseaux dans une baignoire pailletée, s’imprégnant mutuellement de champagne.

Lorsque la bouteille a éclaté, elle m’a giclé droit dans l’œil – qui n’était pas grand fermé. Pendant ce temps, des pinces à tétons roses faites à la most important circulaient comme cadeaux.

Seule la star de Lovers Kenzie Ann (à droite) et une autre artiste qui se fait appeler Ashley.

Avec l’aimable autorisation du Kinky Rabbit Club

« C’est l’âge d’or pour les travailleuses du sexe », m’avait dit Overlook Kenzie Anne, la blonde dans la baignoire, en se faisant coiffer et maquiller des heures avant le début de la débauche. Bien connue dans le cinéma pour adultes et dans le monde OnlyFans, où des strip-teaseuses, des stars de cinéma pour adultes et des cam ladies publient leur contenu classé X derrière un mur payant par abonnement, Kenzie Anne était l’attraction vedette ce soir-là. C’était sa première overall performance en immediate en dehors de sa propre chambre, m’a-t-elle dit.

Fondé par l’imprésario du intercourse-club Alina Ratuska, Kinky Rabbit se présente comme un sex-club « autonomisé par les femmes ». La plupart des artistes n’ont pas été payés directement, mais sont rémunérés par quelque selected qui, selon eux, est encore furthermore précieux : l’utilisation gratuite du contenu créé pendant la fête qu’ils publieraient et monétiseraient furthermore tard sur leurs comptes OnlyFans.

La plateforme a explosé en popularité pendant la pandémie, surtout après qu’Instagram a interdit le contenu sexuel.

disent-ils.

Ratuska a déclaré qu’elle préférait travailler avec des artistes qui ont des comptes OnlyFans, automobile cela lui permet d’éliminer les intermédiaires qui gèrent les travailleuses du sexe. « Quoi que les gens veuillent faire, je parle aux filles et j’en fais leur truc », a-t-elle déclaré.

« Je m’assure que les filles se sentent à l’aise, tremendous alluring et super responsabilisées. »

Alina Ratuska, fondatrice du Kinky Rabbit Sex Club go to une nuit de débauche érotique.

Avec l’aimable autorisation du Kinky Rabbit Club

Je suis venu ici avec un approach têtu pour faire une histoire sur les travailleuses du sexe émergeant de la pandémie.

Après un an d’isolement, j’ai – hétéro et célibataire – j’ai été vaxxé, épilé et prêt pour tout ce que « l’été vax chaud » allait être. Mais je n’avais aucune idée de ce que j’allais faire.

Pour l’occasion, Ratuska m’avait prêté un catsuit moucheté vert et or avec une ceinture en cuir noir et un décolleté en V plongeant qu’elle avait elle-même conçu.

Il va comme un gant en latex – le latex étant un choix de manner populaire auprès de cette foule. Je pouvais à peine respirer.

Les fêtards se dirigeaient vers le bar ouvert où ils pouvaient commander des boissons comme un Kinky Mule ou le Fifty Shades of Greyhound.

« Je vais prendre deux photographs de n’importe quoi », a déclaré mon nouvel ami, le chercheur en limited disco doré, alors qu’il essuyait son entrance en sueur et flirtait avec le barman torse nu. Autour de nous, quelques personnes ont critiqué sa functionality. « Je ne suis pas sûre qu’il l’ait levé la première fois », a suggéré une femme debout à côté de moi en bas cloche noir, une bralette en dentelle et une perruque violette.

« Mais ils ont fait du bon travail pour le couvrir. »

C’était tout ce à quoi vous pourriez imaginer qu’une partie de sexe sauvage ressemble : des gens attirants, principalement des femmes, dans des costumes étranges, gambadent habituellement autour d’un thème amusant et affectueux. Étant donné qu’en 2021, il y avait un « système d’honneurs » selon lequel toutes les personnes présentes étaient entièrement vaccinées contre Covid.

Aucun téléphone moveable n’était autorisé. Tout le monde pouvait être d’une simplicité rafraîchissante sur ce pour quoi il était là : une nuit de sensations sexuelles torrides en personne. « Je suis en ligne.

C’est tellement mieux qu’une soirée sexe sur Zoom … croyez-moi, nous avons essayé », a déclaré une femme, vêtue d’une tenue disco brillante et d’une veste Jimmy Hendrix.

Seule la star des Admirers, Vanna Bardot, portait une tenue conçue par Ratuska.

Avec l’aimable autorisation du Kinky Rabbit Club

Après qu’une série de performances érotiques ait mis l’ambiance, un groupe de corps scintillants et scintillants a grimpé un escalier.

À l’étage suivant, dans la as well as grande des trois chambres, une croix de Saint-André noire (un « X » en bois de 7 pieds orné de sangles de reliure) était au centre de la scène. Au-delà, une porte coulissante donnait sur un balcon donnant sur une piscine. Ci-dessous, les gens fumaient ce que je ne pouvais que deviner être des cigarettes submit-coïtales.

Il n’y avait pas les bavardages habituels de la fête qui réchauffent les gens avec les étrangers. Tout était très immediate pas beaucoup de préliminaires.

« En tant que femme bi, j’ai du mal à rencontrer des filles qui aiment les autres filles », m’a dit une brune aux gros seins aux yeux bleus brillants dans une gown argentée.

« Mais cette fête est un endroit où tout est sur le [table]. Où d’autre pouvez-vous vous faire baiser par votre petit ami et ensuite vous faire manger par une fille pendant que vous êtes attaché à une croix de St. Andrews ? Maintenant, je peux avoir mon gâteau et le manger aussi, et je n’ai pas à m’inquiéter d’offenser qui que ce soit – parce que nous savons tous pourquoi nous sommes ici.

Sexe. »

Une femme plantureuse, enveloppée dans une mini-gown noire avec de la lingerie orange brillant par le dessous, me regarda d’un air ravissant alors qu’elle tenait un chat à neuf queues. Je me suis approché d’elle et elle m’a conduit à la Croix.

Mon nouvel ami m’a alors fait une offre. C’était peut-être le résidu de champagne dans mon œil, ou l’orgie qui se déroulait sur le lit derrière moi, mais j’ai acquiescé à son invitation : me flageller sur la croix.

L’auteur, Heather Hauswirth

Avec l’aimable autorisation de Heather Hauswirth)

« Attachons-nous les poignets, » dit-elle.

« Désolé, je n’ai pas fait ça depuis un minute, » plaisantai-je. Je tournai la tête pour la regarder attacher mes poignets et mes chevilles à la croix, transformant mon corps en un « X » géant marque l’endroit.

Elle a commencé à me fouetter, et elle était sans pitié.

Je m’étais toujours considérée comme une aspirante salope de douleur, mais les lanières de cuir faisaient claquer mes cuisses au lieu de mes fesses. J’ai continué à offrir mes petits pains, mais elle n’a jamais touché le but. Une autre femme s’est dirigée dans ma way, et nous nous sommes croisés les yeux.

Elle a touché mes cheveux, puis est entrée pour un baiser. Je me suis détourné. C’était une surcharge sensorielle.

Je comprends à quel level des sensations aussi extrêmes éloignent l’esprit des préoccupations des piétons, sans parler du strain accumulé d’une année difficile. J’espérais une libération cathartique, mais je me suis retrouvé furthermore gêné qu’autre selected. Et tout cela, devant un general public de voyeurs en attente.

En descendant de la croix, je me suis résigné à la possibilité que je n’étais pas l’olympienne sexuelle que j’avais imaginé être. j’avais des limites une zone de confort as well as petite que la plupart des fêtards autour de moi. Et pourtant, alors que je quittais le Kinky Rabbit Club aux premières heures du lendemain matin, je me suis retrouvé à constater que la prochaine fête – une Bacchanale, dans le « royaume du kink » – n’était qu’à un mois.