Au cours de la semaine qui s’est terminée le 10 septembre, Common est devenu viral. Non, ce n’était pas pour Une belle révolution, Pt. 2, le nouvel album qu’il a sorti ce vendredi. Au lieu de cela, c’était pour un clip YouTube de deux freestyles qu’il a interprétés pour les LA Leakers, une émission hip-hop animée par DJ sourMILK et Justin Credible sur la station de Los Angeles la mieux notée Power 106. La vidéo montre le rappeur de Chicago en train de déchirer des rythmes classiques. de « Living Proof » de Group Home et « Incarcerated Scarfaces » de Raekwon avec enthousiasme, laissant tomber des citations comme « Ce sont des cagoules pro-noirs, enveloppés dans des bois » avec facilité, et crachant avec le genre de verve que la plupart des fans de rap n’ont pas réalisé le 49 ans avait encore. C’est un rappel brutal que Common est un grand de tous les temps, l’un des meilleurs artistes hip-hop que le Midwest ait jamais produit.



Malheureusement, plus de gens regarderont cette vidéo – actuellement à 290 000 vues et plus – qu’à écouter Une belle révolution, Pt. 2. Si le premier éblouit avec des bars inspirés, alors le 14e album de Common (ou le 13e si, comme Wikipédia, vous classez celui de l’an dernier Une belle révolution, Pt. 1 en tant qu’EP) se conforme à sa personnalité d’artiste contemporain adulte juste mais posé. Il produit ces albums moyennement agréables bourrés d’autonomisation studieuse et de romance monogame courtoise depuis 2016 L’Amérique noire à nouveau. En ce qui concerne le rap adulte, ils ne sont pas mauvais. Il est difficile de lui reprocher de reproduire des sommets artistiques comme les années 2000 Comme de l’eau pour le chocolat encore et encore.

Il y a beaucoup à recommander sur Une belle révolution, Pt. 2. Jessica Care Moore s’ouvre sur un poème magnétique parlé,  » Intro (Push out the Noise) « , qui célèbre la résilience des Noirs et  » réapprendre l’art subtil de la respiration  » malgré les  » cicatrices de tous les voyages « . Une excursion avec Black Thought et Seun Kuti,  » When We Move « , aboutit à un jam afrobeat poivré où riffs Common,  » Smeared like lipstick/Colorful/On our souls/A mouthful of gold or a drummer’s roll « . Il a une bonne chimie avec son collaborateur fréquent Paris « PJ » Jones, en particulier sur le nu-funk inspirant de « Imagine ». Mais quand Brittany Howard domine « Saving Grace » avec une voix blues et pleurnicharde, tout ce que Common a en réponse sont des clunkers comme « On m’a dit que la vie est une chienne / J’espère qu’elle ne tue pas mon ambiance. » Dans l’ensemble, il donne une performance inégale.



Common a décrit Une belle révolution, Pt. 2 comme un album plein « d’espoir et d’inspiration » après le tumulte des manifestations de George Floyd de l’année dernière, le carnage électoral trumpien et la pandémie de COVID-19 en cours. Il est conçu comme un baume de guérison, pas une plate-forme pour le genre de smackdowns qui font frémir les têtes. Pourtant, comme Nas l’a récemment prouvé avec son chaleureux et content Maladie du Roi II, il est possible de s’épanouir artistiquement en tant que rappeur d’une quarantaine d’années à succès sans recourir à la violence rhétorique de la jeunesse. Personne ne s’attend ni ne veut que Common revienne à son premier battle-rap  » Bitch in Yoo « , mais au moins il peut se défier lui-même et son public avec des choix thématiques intéressants – un exploit qu’il a réussi avec No I.D. produit en 2014 Personne ne sourit, un hommage à sa ville natale troublée de Chicago – ou le genre de passion qu’il a montré sur cette vidéo de LA Leakers.

Critique : Common's'A Beautiful Revolution, Pt. 2'

Common se concentre-t-il vraiment sur le jeu d’acteur maintenant et joue-t-il dans des films comme Voyage entre filles, Smallfoot et Ava ? Il y a suffisamment de preuves sur Une belle révolution, Pt. 2 pour suggérer qu’il se soucie toujours de la musique, mais il faudra peut-être plus que des bromures doux et des cris d’Obama pour vraiment nous convaincre.