Décédé à l’âge de 87 ans, l’acteur américain George Segal n’a pas survécu à son opération chirurgicale. Il aurait perdu la vie à cause d’une complication lors de la pose de son pontage coronarien. C’est avec une grande tristesse que son épouse, Sonia Segal, confirme son décès dans un communiqué diffusé par les médias. Plusieurs de ses collègues lui ont rendu un dernier hommage.



Hommage à George Segal

George Segal est un acteur qui s’est fait surtout connaître dans le film « Qui a peur de Virginia Woolf ? » en 1996. Il a continué de jouer sur le petit écran dans des shows et séries télévisées. Une de ces séries les plus connues, « Les Goldberg », est diffusée par ABC et a connu un succès en Amérique ainsi qu’en Europe. Il est donc naturel pour toute l’équipe de lui rendre hommage. Pour cela, ABC a fait en sorte qu’une carte in memoriam soit insérée dans le dernier épisode mentionnant ses années de naissance et de décès.

Adam F. Goldberg, le réalisateur de la comédie familiale, s’est également exprimé sur son compte Twitter : « Aujourd’hui, nous avons perdu une légende. Ce fut un véritable honneur d’être une petite partie de l’héritage incroyable de George Segal. Par pur destin, j’ai fini par choisir la personne idéale pour jouer à Pops. Tout comme mon grand-père, George était un enfant dans l’âme avec une étincelle magique. Je pense que ces souvenirs disent tout… ». D’autres célébrités d’Hollywood lui ont également rendu hommage sur les réseaux sociaux, à l’instar de Melissa John Heart ou de Ben Stiller.



Toutes ces formes d’actions peuvent rendre hommage à un défunt, mais si vous désirez être plus discret et plus modeste, l’achat d’une plaque funéraire peut suffire largement.

Biographie

Né le 13 février 1934 à Great Neck, Long Island aux États-Unis, George Segal a eu le parcours typique d’un acteur. Intéressé par le théâtre dès son plus jeune âge, il décide de suivre ses études dans le domaine de l’art. En 1955, il obtient son baccalauréat en Art de la scène dans l’université Columbia et décroche un rôle dans le film « Le marchand de glace est passé ». Plus tard, en 1962, il signe un contrat avec Columbia Pictures.

Décès de George Segal : le cinéma américain en deuil

À partir des années 1960, il connaît une rapide évolution dans sa carrière après s’être fait repérer dans des films comme « King Rat ». Mais sans doute le film qui lui a valu le succès c’est « Qui a peur de Virginia Woolf ? » en 1966, dans lequel il a décroché une nomination à l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle. Il a également décroché deux Golden Globes : celui de la révélation masculine de l’année et celui du meilleur acteur dans une comédie musicale dans les films « Les nouveaux internes » en 1964 et « Une maîtresse dans les bras, une femme sur le dos » en 1973.

Il a été honoré avec une étoile dans le célèbre Hollywood Walk of Fame le 14 février 2017. En 2010, il fait sa dernière apparition au cinéma aux côtés de Anne Hathaway et Jake Gyllenhaal « Love et autres drogues ».

Âgé de 87 ans, il meurt suite à une intervention chirurgicale à cœur ouvert qui s’est compliquée.

L’évolution de sa carrière

Sa nomination aux Oscars lui a permis d’être contacté par plusieurs réalisateurs qui voulaient se l’arracher. Les années 1960 étaient pour lui un total succès en enchaînant plusieurs films fructueux. Ce n’est pas un pur hasard que de grands réalisateurs l’ont choisi pour jouer dans leurs films. À l’instar de Jack Smight, réalisateur de « Le Refroidisseur de dames », de Peter Yates pour « les Quatre Malfrats » ou de Robert Altman pour « les Flambeurs ».

Malgré ces succès, il a quand même connu des échecs qui se suivent dans la moitié des années 1970. Notamment, sa collaboration avec le réalisateur Ted Kotcheff pour les films « Touche pas à mon gazon » et « La Grande Cuisine » n’a pas obtenu les résultats attendus. Les années 1980 n’ont pas aussi été tendres avec lui. Son retour à une série, « Murphy, l’art et la manière d’un privé très spécial » ou son casting dans « Allô maman, ici bébé » et sa suite n’était pas à la hauteur de ses attentes.

C’est à partir des années 1990 et après plusieurs rôles mineurs qu’il voit sa carrière remonter. Il est engagé dans la série « Voilà ! » en régulier durant ces 7 saisons diffusées de 1997 à 2003. Ensuite, il a retrouvé sa gloire en 2013 lorsqu’il commence à jouer le rôle d’Albert ‘Pops’ Solomon dans toutes les saisons de « les Goldberg » jusqu’à sa mort.