La série d’interviews de Rolling Stone, Unknown Legends, présente des conversations de longue durée entre l’écrivain senior Andy Greene et des musiciens vétérans qui ont tourné et enregistré aux côtés d’icônes pendant des années, voire des décennies. Tous sont réputés dans le domaine, mais certains sont moins connus du grand public. Ici, ces artistes racontent leur histoire complète, donnant un aperçu de la vie sur la liste A de la musique. Cette édition présente le batteur Steve Ferrone.



La première fois que Tom Petty a demandé à Steve Ferrone de rejoindre les Heartbreakers en tournée, le batteur a dit qu’il n’était pas sûr que ce soit une bonne idée. Il venait de terminer le travail sur le disque solo de Petty, Wildflowers, apparaissant sur presque tous les morceaux, mais les Heartbreakers n’avaient jamais joué de spectacle sans Stan Lynch derrière le kit et Ferrone ne savait pas où les choses en étaient.

« J’ai dit à Tom : » Cela semble amusant « , dit Ferrone. « Mais que se passe-t-il avec Stan ? En avez-vous parlé avec lui ? « Il a dit: » Non. Nous ne nous entendons pas vraiment pour le moment. « J’ai dit: » Je suis vraiment flatté que vous me l’ayez demandé et j’aimerais vraiment le faire. Mais si vous en parlez à Stan et que les choses changent, tant mieux. Je suis vraiment content que cela ait fonctionné. Si les choses ne fonctionnent pas avec Stan, nous en parlerons. « Quelques heures plus tard, mon téléphone a sonné. C’était Tom et il a dit: « Tu travailles l’année prochaine. »  »



L’année suivante s’est transformée en un passage de 22 ans, au cours duquel Ferrone a joué sur tous les disques et spectacles Heartbreakers jusqu’à la mort subite de Petty en 2017. Son temps avec Petty est une grande partie de son héritage musical, mais le batteur a également joué avec George Harrison, Eric Clapton, Duran Duran, Paul Simon et bien d’autres noms connus au cours de sa longue carrière. Il nous a téléphoné de chez lui à Los Angeles pour nous accompagner tout au long du voyage.

Interview de Steve Ferrone : le batteur sur Tom Petty, George Harrison

Comment va ta quarantaine ?

Bien. Je sors de temps en temps au supermarché avec ma copine et parfois nous allons faire un petit tour en voiture. Et c’est à peu près tout.

J’ai vu tout cela arriver très tôt. J’étais à New York pour faire le spectacle de Seth Meyers quand tout s’est effondré là-bas. Cela m’a tellement impressionné que j’ai décidé, dès mon retour, de moderniser mon studio et de faire en sorte que mon ingénieur puisse travailler pour moi depuis Long Beach, où il vit. Cela a créé un peu plus d’espace dans le studio. Je peux peut-être faire venir trois ou quatre personnes ici avec des distances et des masques et nous pouvons jouer.

Vous manquez de jouer en direct sur scène ?

Bien sûr. Il n’y a rien de tel. Mais je pense que mes petits-enfants me manqueraient beaucoup plus [laughs]. Je pense que la chose qui semble avoir été manquée est: « OK, attelons-nous et finissons-en, souffrons. Plus vite nous y arriverons, plus nous en sortirons et nous pourrons continuer notre vie.  » Les gens ne semblent tout simplement pas vouloir faire ça ici [in America].

Je veux revenir maintenant et parler de ta vie. Qu’est-ce qui vous a attiré à la batterie lorsque vous étiez enfant ?

Claquettes. Quand j’avais environ trois ans, assis dans ma chaise haute, je frappais ma cuillère au rythme de la musique à la radio. Mon grand-père, ma grand-mère et ma mère ont dit: « Nous devons faire quelque chose à ce sujet. » Ma grand-mère, étant une grande fan de Fred Astaire, a décidé de me faire claquer. Tout a commencé par ça.

Qui étaient vos héros de batterie à l’adolescence ?

Je ne me suis pas vraiment concentré sur la batterie. J’aimais les groupes. J’ai écouté de la musique. Quand j’ai dansé sur claquettes, je faisais de la syncope avec la musique. C’était des standards comme « Old Black Magic » et « Begin the Beguine ». J’avais ces routines de danse que je ferais.

Puis, bien sûr, sont venus les Beatles et les Rolling Stones. Je savais qui étaient tous les membres et j’aimais la musique. J’ai aimé les chansons. Je ne me suis pas du tout concentré sur le batteur. Ce qui m’a fait m’intéresser à la batterie, c’est à 12 ans que j’ai été embauché pour danser dans un chœur d’enfants lors d’un spectacle d’été. Je suppose qu’ils appellent ça le stock d’été en Amérique. C’était avec une assez grande célébrité en Angleterre, un gars appelé Max Bygraves. Il avait quelques chansons dans son émission avec un chœur d’enfants.

Le phénomène à l’époque était « The Twist ». Ils avaient ce petit truc qu’il a fait où nous, les enfants, étions tous sur scène et avons fait le Twist. Un soir, j’ai regardé dans la fosse d’orchestre et j’ai vu ce que faisait le batteur. Il utilisait une main différente de l’autre. C’est la seule façon dont je peux l’expliquer. J’ai pensé : « Oh, laissez-moi voir si je peux aller faire ça. » Dans le vestiaire, je me suis assis pour essayer de le faire et j’ai trouvé que c’était un peu plus difficile que je pensais que c’était.

Que s’est-il passé à partir de là ?

Je l’ai pratiqué tous les soirs. J’ai commencé à écouter tous les soirs ce que faisait son pied et je l’ai compris. Une fois que j’ai maîtrisé ces capacités motrices, la chanson suivante que j’ai entendue et qui m’intéressait était « Take Five » de Dave Brubeck. J’ai pensé : « Wow. C’est un peu difficile.  » Mais j’ai aussi compris comment jouer ça.

J’avais 12 ans et j’allais dans cette salle de bal de Brighton appelée la Regent Ballroom le samedi matin. C’était ouvert la nuit, mais ils avaient ce truc pour les enfants qui commençait vers 9 heures.Les parents y déposaient leurs enfants et nous y allions et ferions notre petit truc d’adulte. C’étaient de jeunes enfants ayant une expérience de salle de danse et un peu de vie sociale. J’étais une très bonne danseuse, mais nous, les gars, nous n’avons jamais eu d’action de la part des filles. Ils dansaient avec nous et disaient « Merci beaucoup », puis partaient.

Mais ensuite, le Earth Band de Manfred Mann est arrivé et ils allaient jouer ce soir-là. Ils ont fait un soundcheck et ils ont joué quatre ou cinq chansons pour nous les enfants. Toutes les filles de la place sont devenues folles. Je me suis retourné et j’ai dit à mes amis: « C’est tout. Nous devons créer un groupe. Parce que je savais en quelque sorte jouer de la batterie, j’ai dit: « Et je vais être le batteur. » C’était ça. C’était le début de cela.

Où est passé les choses à partir de là ?

A 21 ans. J’avais passé mon adolescence à me débrouiller, à m’amuser, à jouer dans des complexes touristiques en Italie et à courir après des filles italiennes. Parfois, ils me poursuivaient, ce qui était encore mieux. À 21 ans, j’ai décidé que je devais prendre cela un peu plus au sérieux si j’allais le faire professionnellement.

Je n’étais pas sûr que j’allais le faire, mais l’opportunité s’est présentée pour moi d’aller à Nice [France] et jouer dans une résidence au casino, le Palais de la Méditerranée. J’ai appris le métier de musicien, d’être capable de lire et de suivre un tableau pour être un pro.

Quand je suis parti là-bas, j’ai commencé à jouer avec Brian Auger, ce qui était une situation « être dans un groupe ». Il y a une petite différence entre être en studio et être un musicien de groupe. Il y a un aspect créatif aux deux endroits, mais étant dans un groupe, vous créez les chansons ensemble. En tant que musicien de studio, vous devez entrer et ils disent: « Voici la chanson. Joue-le. » Vous devez le faire dans les plus brefs délais. Le talentueux musicien de studio peut jouer un tableau qui vient d’être mis devant lui comme il le fait depuis des années.

Je travaillais avec Average White Band et je suis allé à New York et là j’ai rencontré [producer] Arif Mardin. Lorsqu’un motif rythmique apparaissait, un groove que tout le monde aimait, je l’écrivais en quelque sorte pour ne pas l’oublier. Je voulais savoir ce qu’était la rainure, où était la poche, pour pouvoir m’en souvenir. Arif l’a remarqué. Après avoir fini, il m’a dit: « Voudriez-vous venir faire quelques séances avec moi ? » J’ai dit: « Eh bien, oui. J’adorerais. »

Cela a conduit à beaucoup de travail.

Ouais. J’ai commencé avec Bette Midler et Chaka Khan et j’ai commencé à en faire de plus en plus. En faisant ces sessions avec Arif, qui était le producteur chaud de la ville, d’autres personnes ont commencé à appeler pour faire des sessions. Parce que j’ai commencé à faire ce genre de choses, j’ai travaillé avec des gars comme [pianist] Richard Tee, [bassist] Will Lee, [guitarist] Cornell Dupree, [guitarist] Eric Gale, Nile Rodgers. J’ai juste commencé à travailler avec tous ces gens et je suis devenu leur ami.

Je pourrais aussi voir des gars comme [drummer] Steve Gadd et [drummer] Chris Parker joue chez Mikell [jazz club]. Je suis devenu l’un des gars du studio de New York et ces gars m’ont vraiment appris comment ils travaillaient à New York. Un groupe d’enseignants plus raffiné que vous ne pouviez vraiment pas trouver. Mais je remercie toujours Arif Mardin d’être mon mentor et de m’avoir lancé avec ce genre de choses.

Parlez-moi de jouer sur Hearts and Bones de Paul Simon. J’adore ce disque.

J’ai reçu un appel pour me rendre à la centrale électrique de Nile Rodgers. Ils travaillaient sur « Think Too Much ». Nous sommes entrés dans le studio et [Chic bassist] Bernard Edwards était également à la date. A cette époque, Bernard et moi vivions presque dans la centrale électrique. C’est là que Chic a fait tous ses enregistrements.

Je suis entré en studio et ma batterie a été installée. Nous avons écouté cette chanson et ils ont dit: « Juste toi et Nile, entrez et jouez. » Nous sommes allés là-bas et nous avons mis ce morceau, puis nous sommes allés à l’intérieur pour l’écouter. Paul était debout derrière le bureau et il l’écoute. À la fin, il se tient juste là, les bras croisés et la main sur le menton, regardant en quelque sorte au loin.

Il y avait cette sorte de silence. J’ai dit: « Si tu veux, je peux peut-être te jouer quelque chose de différent sur le pont ou quelque chose comme ça. » Il a fait une de ces choses de type regard en l’air et il s’est juste tourné lentement et m’a regardé [laughs]. Je me suis dit: « Prends une minute » et je suis sorti où j’ai vu Bernard Edwards. J’ai dit: « Wow. Je pense que j’ai peut-être fini.  » Il a dit: « Non, non, non. Vous n’êtes pas venu ici. Une grande partie de cela continue. Rester dans les parages. Vous n’avez pas encore terminé.  »

J’étais assis dehors et je les ai entendus faire toutes sortes de choses avec la guitare parce que la guitare rythmique a tous ces effets dessus. Vous pourriez le remarquer sur le compte rendu. Ils ont mis ce truc d’ombre. Ils étaient là-dedans en train de jouer avec cette partie de guitare. Ça l’a juste jeté hors du temps avec les tambours. Puis j’entends Nile Rodgers sortir de la salle de contrôle et j’entends: « Écoutez, c’est impossible ! Il ne pourra jamais faire ça.  » Il est entré dans le salon où je suis assis avec Bernard et a dit: « Entre ! Il est vraiment de mauvaise humeur. « Entrez ici ! Ils veulent que vous rejouiez la batterie avec ça. C’était avec tous les effets.

J’ai dit: « Nil, vous avez passé un très bon moment. Cela ne devrait pas être si difficile.  » [Laughs] Alors je suis entré et je l’ai fait ! C’est la piste qui m’a vraiment marqué sur ce truc. L’autre morceau de l’album que j’aime vraiment s’appelle « Train in the Distance ». Ils avaient un excellent moyen de créer des tensions sur cette piste. C’était vraiment cool.

Comment vous êtes-vous retrouvé dans le groupe de house Saturday Night Live pour la saison 1985–86 ?

Ce qui s’était passé, c’est que Lorne venait de revenir à Saturday Night Live. Il était parti depuis un bon moment et ils ont décidé de monter un nouveau groupe. J’ai reçu cet appel me demandant si je voulais jouer dans le groupe. De toute façon, je connaissais la plupart de ces gars. Nous avions joué sur des sessions ensemble. J’ai dit: « Ouais, cela semble être une chose amusante à faire. »

G.E. Smith était le chef d’orchestre. T-Bone Wolk était le bassiste du groupe. Nous sommes simplement descendus et avons commencé à faire les répétitions. J’avais fait beaucoup de sessions avec [pianist] Leon Pendarvis. C’est un gars vraiment génial. Je connaissais à peu près tout le monde qui était dans le groupe. J’avais travaillé avec eux à un moment ou à un autre.

C’était une période tumultueuse pour le spectacle. Le casting n’a vraiment pas fonctionné et NBC était sur le point de l’annuler. Vous souvenez-vous de cette tension ?

À certains moments, nous avons senti qu’il y avait de meilleures blagues autour du groupe que sur la scène. Comme à la plupart des époques de Saturday Night Live, parfois, il reste juste là dans le marasme jusqu’à ce que quelqu’un frappe quelque chose ou que le casting se gèle finalement. Nous avons tous crédité Jon Lovitz d’être venu avec le personnage de Liar. Nous avions hâte de voir ce qu’il allait proposer ensuite. C’était quelque chose que nous aimions et nous avons imité beaucoup de ses trucs de menteur.

Lorne sait vraiment ce qu’il fait. C’est un travail tellement stressant à Saturday Night Live, mais il a toujours semblé très calme. Je me souviens une fois que je me tenais près de lui quand quelqu’un dans la distribution, je ne me souviens plus qui, réchauffait le public avant le spectacle. Il a dit: « N’oubliez pas, lorsque vous entendez mon nom, vous devez applaudir très fort !  » Je me tenais dans la boîte du producteur et Lorne m’a dit: « S’il pense que cela va le garder dans la série, il se trompe !  » [Laughs.]

Parlez-moi de rejoindre Duran Duran l’année suivante juste avant de faire Notorious.

J’avais ce technicien de batterie nommé Artie Smith. C’était un technicien du tambour en ville. Il a travaillé pour moi, Steve Gadd et beaucoup de batteurs différents. Il était fort comme un bœuf. Je l’ai vu prendre un orgue Hammond une fois et le jeter à l’arrière d’une camionnette. C’est un gros ourson. C’était mon ami ainsi que mon technicien. Artie m’a appelé un jour et m’a dit qu’il travaillait en studio avec John Taylor de Duran Duran. Il a dit que John mentionnait que le groupe allait se remettre ensemble, mais il ne savait pas ce qui se passait avec la batterie. Artie a dit: « Peut-être que Steve Ferrone aimerait le faire ? »

Effectivement, je reçois cet appel de [bassist] John Taylor demandant si je voulais venir en Angleterre et rencontrer [keyboardist] pseudo [Rhodes] et nous pouvons voir si cela va fonctionner. J’ai dit: « Oui, bien sûr. » Alors je suis allé à Londres et nous sommes allés en studio, juste moi John et Nick, et nous avons commencé à déconner, à trouver des idées.

J’étais de retour dans le monde du groupe. Au lieu de recevoir un tableau, je m’assois là et je propose des sons au début d’une chanson. Je trouverais un groove pour cela et nous commencerions à jouer. Nous avons eu le début de peut-être trois ou quatre chansons.

C’était amusant. J’aimais vraiment ça, mais ça ne ressemblait pas vraiment à Duran Duran. C’était un peu différent. Et puis Simon Le Bon est arrivé. Simon a pris les chansons et a fait quelques changements avec quelques accords et ces grooves. Puis il ouvrit la bouche et la voilà. C’était Duran Duran.

Parlez-moi de la tournée. Les jeunes fans hurlants ont dû être un assez grand changement pour vous par rapport à vos jours dans le groupe blanc moyen.

Ouais. Exactement. Là encore, j’avais 23 ans lorsque j’ai commencé avec Average White Band. À ce moment-là, j’avais 35 ans. J’ai toujours plaisanté en disant que j’étais la plus vieille idole des adolescents du secteur. Nous allions jouer un concert et il y a toutes ces filles avec ces gros panneaux et affiches. Quand nous avons joué au Madison Square Garden, il y avait cette fille qui a brandi cette énorme pancarte disant « Fuck Me, John ». [Laughs.]

C’est assez direct.

Je pensais: « Comment diable est-elle sortie de la maison avec ça ? » Je l’imagine juste avec ses amis en train de sortir et le vieil homme est assis sur une chaise à regarder la télévision. « Où allez-vous ? » « Oh, nous allons au concert de Duran Duran ? » « Amusez-vous bien. Qu’est-ce que tu as sous le bras ?  » Et c’est un signe « Fuck Me, John ». [Laughs]

C’est aussi un grand changement de passer d’une tournée de Duran Duran à une tournée avec Eric Clapton. Comment est-ce arrivé ?

[Bob] Geldof s’est fait faire chevalier et il y avait une fête pour lui au Hard Rock Cafe de Londres. Duran Duran s’est tout habillé et nous sommes allés là-bas. Duran Duran était très à la mode et je me débrouillais très bien, alors j’ai acheté des vêtements à la mode et je suis allé là-bas. Ce qui est drôle, c’est que leur groupe rival était là. Comment s’appelaient-ils ?

Ballet de Spandau ?

Ballet de Spandau ! Chaque fois que je rencontrais ces gars-là, ils me disaient: « Tu es vraiment bien habillé !  » Ils prenaient vraiment la pisse. Bref, tout le monde tournait dans le Hard Rock et Phil Collins s’approche de moi. « Hey Steve, comment vas-tu ? » Nous faisions une petite conversation et il a dit: « Avez-vous déjà rencontré Eric Clapton ? » J’ai dit: « Eh bien, je l’ai rencontré une fois avec Average White Band. Il s’est présenté à un concert juste pour dire « bonjour ». C’était tout.  »

Phil a dit: « Venez avec moi et rencontrez-le. » Je marche et il y a Eric assis dans une cabine. Nous nous asseyons et nous discutons et cela s’est très bien passé. J’ai dit: « Je ferais mieux de revenir là-bas à ma foule. C’était sympa de te rencontrer. »

Quelques semaines plus tard, je reçois cet appel téléphonique de ces personnes qui travaillaient pour Eric Clapton et ils se demandaient si j’irais jouer avec Eric. J’ai dit: « Eh bien, oui ! Cela semble amusant. » Ils ont dit: « Ça va être [keyboardist] Greg Phillinganes, [bassist] Nathan East, et vous-même avec Eric, un quatuor. Tu vas jouer dans un petit club à Boston.  »

Ce fut le début de moi à jouer avec Clapton et ce fut l’une de mes périodes les plus chargées quand je jouais avec Duran Duran et Clapton. Je n’ai passé que trois semaines à la maison cette année-là. C’est à ce moment-là que j’ai dû vraiment, sérieusement penser à abandonner le siège du Saturday Night Live. Ce n’était pas juste de le garder. Il y avait d’autres personnes qui auraient pu utiliser ce siège pour un certain revenu, alors j’ai démissionné de mon siège et je me suis vraiment occupé.

J’adore voir Clapton jouer avec un petit groupe comme celui que vous aviez avec lui. Je pense qu’il est à son meilleur quand il n’ya pas d’autre guitariste sur scène à part lui.

Absolument. Je suis entièrement d’accord avec vous. Je suis allé dîner avec lui à la fin de l’année dernière à Londres. Je lui ai dit: « Je vous ai vu jouer plusieurs fois » et il a toujours eu d’autres guitaristes qui jouaient avec lui. Derek Trucks est amusant avec lui, mais cela reviendrait à un solo et Eric pointerait du doigt Derek et Derek prendrait le solo. Aussi bon guitariste que lui, vous voulez voir Eric, pas Derek. J’ai toujours senti un peu trompé qu’il ne jouait plus.

Quand je l’ai vu avec Cream, il n’avait pas le choix. Je les ai vus au Madison Square Garden [in 2005] et il était phénoménal. Incroyable.

Parlez-moi de jouer de la batterie lors de la tournée de George Harrison en 1991. C’était une grosse affaire. Il était hors de la route depuis 1974.

Nous avons fait 24 nuits au Royal Albert Hall [with Clapton] et George est devenu un visiteur régulier là-bas. Il était très, très sympathique et drôle. Nous étions tous ensemble dans le vestiaire. Il s’est assis et a dit: « Ils m’ont demandé de faire ce concert au Japon. » Eric a dit: « Vas-tu le faire ? » George a dit: « Eh bien, je n’ai pas de groupe. » Eric a dit: « Pourquoi ne prenez-vous pas mon sort ? Je vais prendre un peu de temps.  »

George a dit: « Voulez-vous venir jouer avec moi au Japon ? » Nous avons dit: « Vous plaisantez ? Bien sûr que nous le ferons !  » Cela a commencé cette séquence. Eric est venu avec nous, mais il ne semblait pas heureux d’être là à ce moment-là. Il était isolé et tout simplement misérable lors de cette tournée. Il ne semblait pas très heureux. Je pense qu’il pensait qu’il allait prendre un congé, mais pour une raison quelconque, il est venu avec nous.

En tant que fan des Beatles, jouer sur les chansons « Taxman » et « Something » doit être vraiment amusant.

Encore mieux ! Quand nous étions aux répétitions, Ringo est venu et [percussionist] Ray Cooper avait un deuxième kit de batterie. Pendant que nous étions assis là-haut, j’ai dit à Ringo : « Voulez-vous venir jouer ? » Ringo est venu et s’est coincé. En gros, j’étais assis sur scène avec deux des Beatles. Chaque fois que je joue avec un autre membre des Heartbreakers, vous avez une idée de ce que c’est que de jouer dans Heartbreakers. Et donc, lorsque vous jouez avec Ringo et George, il y a ce lien qui se produit entre eux. C’était comme : « Oh ! Je vois ça maintenant.

Cette tournée aurait pu facilement frapper l’Amérique du Nord et l’Europe et vraiment partout dans le monde. Pourquoi était-ce juste le Japon ?

Je n’ai aucune idée. Je pense principalement parce que tant d’Américains sont allés au Japon. Tant de gens d’Amérique sont allés là-bas pour voir ce spectacle. Nous avons joué trois nuits au Tokyo Dome. C’est une salle immense et immense. Nous avons joué partout au Japon. C’était très amusant.

George vous appelait parfois et vous disait: « Écoutez, je m’ennuie un peu. Je vais commander un tas de plats chinois, japonais ou indiens, ou quelque chose comme ça.  » Il avait ces immenses suites présidentielles avec d’immenses salles de conférence. Il venait juste de remplir la table avec de la nourriture et nous allions tous traîner avec George.

Quand nous sommes allés à Hiroshima, nous avons tous fait une promenade autour de la paix [Memorial] Parc où la bombe a explosé. Nous avons sonné la cloche de la paix. Vous devez le frapper avec ce gros journal. George a dit: « Attendez une minute !  » Il est entré dans la cloche et a voulu que nous la sonnions. Personne ne le ferait [laughs]. Nous nous sommes dit: « Vos oreilles ! Tes oreilles !  » Nous ne voulions pas être responsables de cela.

C’est fou qu’il n’ait plus jamais tourné.

Eh bien, nous avons fait ce concert au Royal Albert Hall [in 1992]. Eric n’en est pas venu à cela. Je pense qu’il ne voulait vraiment pas être là au Japon, pour une raison quelconque. Je ne sais pas. Et donc Mike Campbell est venu et a été le deuxième guitariste. Nathan n’a pas pu le faire. George a dit: « Connaissez-vous des bassistes qui pourraient vouloir venir faire ça ? » Will Lee est un grand fan des Beatles. J’ai dit: « Je ne connais que le gars de New York. » J’ai appelé Will et lui ai dit: « Voulez-vous venir jouer avec George Harrison ? » Il était juste aux anges. Il me doit depuis cet appel.

Dites-moi votre souvenir d’avoir joué sur « Ordinary World » de Duran Duran.

Je suis allé à Londres pour commencer les répétitions de la tournée japonaise avec George. J’ai loué un appartement non loin de l’Albert Hall. J’ai dû me rendre à Windsor pour commencer les répétitions. Je conduis sur Kings Road et je vois ce type marcher dans la rue. C’est un petit gars musclé, comme un bodybuilder. Mais il ressemble à [Duran Duran guitarist] Warren Cuccurullo. Je n’avais pas vu Warren depuis quelques années et il s’était lancé dans la musculation et je ne savais pas, mais ça ressemblait à Warren Cuccurullo.

J’ai baissé les fenêtres et j’ai dit: « Hé, Warren !  » Il dit: « Hé, Steve. Super, vous êtes en ville. J’ai besoin que tu fasses une séance pour moi.  » J’ai dit: « Je répète avec George Harrison. Je ne connais pas l’horaire.  » Il dit: « Lorsque vous l’aurez, faites-le moi savoir. » Il met sa main dans son sac et jette cette cassette dans ma voiture. Il a dit: « Appelez-moi quand vous savez ce qui se passe. »

Je prends la route et mets la cassette. C’est la démo de « Ordinary World ». C’est un mélange approximatif de ce qu’ils ont fait avec la boîte à rythmes, les guitares et la voix. J’ai pensé : « C’est une chanson incroyable. C’est une si bonne chanson.

Je suis revenu et j’ai appelé Warren et j’ai dit: « Écoute, tu n’as pas besoin de moi pour jouer là-dessus. C’est un hit ici. C’est vraiment une super chanson.  » Il dit: « Non, non. Nous voulons vraiment que vous jouiez dessus.  » J’ai dit: « OK. D’ACCORD. »

J’ai trouvé le programme avec George. Il travaillait de midi à 18 heures environ. C’était ça. Une fois que j’ai compris cela, je suis allé là-bas dans la soirée. C’était un studio au sud de la [Thames] rivière. Nous avons coupé « Ordinary World ». Je suis vraiment content qu’ils m’ont laissé jouer. C’est une chanson merveilleuse.

Étiez-vous un grand fan de Tom Petty avant d’être appelé pour Wildflowers ?

Je ne peux pas dire que j’étais un grand fan de Tom Petty, mais j’avais vu quelques-unes de ses vidéos sur MTV. Je pense « Apprendre à voler » et « Je ne reculerai pas ». J’aimais sa musique, mais j’étais plus dans le R&B et le jazz. J’aime le rock. J’irais voir Zeppelin, mais j’aimais davantage d’autres types de musique. Mais je pensais que Tom Petty et les Heartbreakers étaient cool.

Je suppose que la connexion était de rencontrer Mike Campbell au spectacle de George Harrison en 1992 au Royal Albert Hall.

C’est ce que j’ai finalement découvert des années et des années plus tard. Mais j’ai reçu cet appel à Londres pour me demander si je pouvais venir faire cette session à Los Angeles. J’ai dit: « Ouais, à qui est-ce destiné ? » Ils ont dit que c’était « top secret ». J’ai dit: « Ce sera alors une triple échelle. » [Laughs.]

Je suis venu ici et ils m’ont mis dans cet hôtel et j’ai reçu ce message disant que je devais me rendre au studio d’enregistrement Sound City. Au moment où j’entrais, la batterie de Kenny Aronoff sortait. Ce n’est toujours pas inhabituel. Parfois, les gens faisaient des albums et ils voulaient que je joue sur quelques morceaux, comme Paul Simon.

Je suis entré et mes tambours étaient en train d’être installés. Je me suis promené dans la salle de contrôle et il y a Tom Petty et Mike Campbell. C’était le début d’un concert de 25 ans. En fait, 27 ans, parce que je travaille toujours pour ça.

Ces sessions ont duré des années.

La première moitié a commencé vers octobre 1992. Je suis revenue vers juin 1993 et ​​nous avons fait la seconde moitié. J’ai vraiment aimé être de retour en studio dans une situation de groupe. Mais il y avait un peu de courbe d’apprentissage avec les Heartbreakers car tout était à propos de la chanson. La composition de Tom est si forte qu’ils ont gardé la simplicité de simplement présenter cette chanson. De temps en temps, je pouvais faire un petit quelque chose, mais ça devait être vraiment, vraiment direct sur toute la ligne.

Je me suis tellement amusé. Ce type pourrait simplement lancer chanson après chanson après chanson. Et il jetterait des chansons. Les fleurs sauvages avaient un son très différent des autres trucs que j’avais entendus de Tom Petty. C’était un disque au son différent. De temps en temps, il inventait une autre chanson et je me disais: « Oh, ça ressemble plus à Tom Petty dans la veine du vieux Tom Petty que je connais. » Nous commencerions à y jouer. Nous jouerions trois ou quatre fois et il disait simplement: « Non. Nous sommes déjà venus ici.  » Et il la jetterait simplement. Je me demandais: « Que diable fait-il ? C’est une belle chanson. »

Comment était-ce d’entrer dans le groupe sur la route juste après le départ de Stan ? Il était là depuis des années et tout le monde était si serré.

Je ne me suis jamais vraiment inséré dans ça. Je me suis occupé de mes affaires. Cela n’a rien à voir avec moi. J’ai entendu ceci et cela, mais je ne l’ai jamais poursuivi. Et je suis devenu mon propre nouveau gars. J’ai suivi d’autres personnes avant. Ce n’était pas comme si je n’étais pas habitué à suivre les gens dans des groupes. J’ai suivi Phil Collins dans le groupe d’Eric Clapton. J’ai travaillé avec Christine McVie après Fleetwood Mac. Et Average White Band après le décès de Robbie McIntosh.

J’adore l’album Echo.

Un album dormant !

J’ai parlé à Tom il y a quelques années et il m’a dit qu’il avait du mal à l’écouter parce que cela lui rappelait trop de choses douloureuses. Êtes-vous capable de l’écouter et d’en profiter ?

Ouais. J’ai grandi pour en profiter. C’était un peu comme s’arracher les dents. C’était beaucoup plus difficile à faire que les fleurs sauvages. La chanson titre a commencé à durer environ 27 minutes. Nous l’avons joué pendant environ quatre jours pour le ramener là où il était. Cela n’allait tout simplement pas. C’était dur pour y arriver. Nous l’avons fait chez Mike Campbell et nous nous sommes amusés à le faire. Mais je pense que c’était difficile pour lui de le faire et cela a ralenti les choses.

Vous n’étiez pas sur la couverture d’Echo. Quand êtes-vous devenu membre officiel des Heartbreakers ?

C’était marrant. Je ne pense pas non plus que Howie était sur la couverture d’Echo. Scott [Thurston] était là, mais Howie n’a pas réussi. Je pense qu’une fois que j’ai fait le truc Wildflowers, j’ai été un premier appel pour le groupe. J’étais dans le groupe, en gros.

Le truc, c’est qu’il y en a toujours eu, dans les Heartbreakers… Je ne peux pas le dire avec Tom, mais dans la gestion des Heartbreakers, même quand Ron [Blair] est revenu, il y avait moi, Ron et Scott. S’ils voulaient que nous fassions quelque chose et qu’ils voulaient nous payer, ils nous appelaient les Sidebreakers [laughs]. Et puis s’ils voulaient que nous fassions quelque chose gratuitement, ils nous appelaient les Heartbreakers [laughs bigger].

Donc, il y avait deux niveaux de Heartbreakers, et Benmont et Mike étaient au sommet parce qu’ils étaient les seuls à être toujours là depuis le premier jour ?

Ouais. Et même Ron quand il est revenu, il a été relégué dans la partie Sidebreaker. J’avais l’habitude de négocier pour les Sidebreakers avec la direction, et j’avais toujours l’impression de mettre ma tête sur le billot. [Manager] Tony [Dimitriades] me disait: « Tu sais, quoi que je te paie, je dois payer les deux autres gars. » Je me suis dit: « Eh bien, oui.. je ne fais que négocier pour moi, mais c’est très gentil de ta part !  » [Laughs] Mais je ne peux pas dire que Tom a ressenti cela. Tom m’a toujours fait me sentir essentiel.

Vous avez évoqué Howie là-bas. J’adore ce qu’il a ajouté au groupe. Ses voix d’harmonie étaient un élément clé du son. Regarder cette tragédie se dérouler juste devant vous a dû être angoissant.

C’était. Ce qui m’est arrivé, c’est que lorsque j’ai commencé à jouer avec les Heartbreakers, j’étais le Steve Ferrone normal. Quand je suis revenu à la deuxième partie de Wildflowers, j’ai commencé à devenir sobre. Mes premières années d’abstinence ont été profondément ancrées dans les Heartbreakers. Voir Howie se détériorer au cours d’une décennie était horrible.

Je me souviens que nous étions à Detroit pour un concert. Tom avait dit à Howie d’aller se rétablir. Il ne se souciait pas de savoir où il allait. Il a dit qu’il paierait pour cela. Il a dit: « Vas-y et guéris. Tom en avait assez. Howie ne m’a jamais, jamais appelé, mais il m’a appelé et a dit: « Viens dans ma chambre. » Je me suis promené et il y avait une feuille d’argent noircie partout. J’ai regardé autour de moi, j’ai regardé Howie et j’ai dit: « Qu’est-ce que tu vas faire ? Où vas-tu aller ? »

Il a dit: « Eh bien, mon chien me manque vraiment, alors je vais retourner au Nouveau-Mexique. Je veux y aller avant de partir. Je me suis dit: « Vous n’allez pas faire ça. » Il a dit: « Non, je vais y aller un peu. » Je pense que la dernière fois que nous l’avons vu, c’est lorsque nous avons joué au Nouveau-Mexique [on August 22nd, 2002] et il est venu au spectacle. C’était très triste. Et puis son chien est mort et Howie est mort peu de temps après.

Comment le retour de Ron a-t-il changé la dynamique du groupe ?

Eh bien, nous avons eu de longues périodes de mise à pied. Je pense qu’après l’album Echo, il y a eu cette longue période pendant laquelle Tom ne voulait pas jouer. Il a subi un divorce et toutes ces autres choses. Dana arrivait juste à ce point. Il y a eu beaucoup de troubles. Il traversait tout ce qu’il traversait.

Nous avons eu une longue période de mise à pied. J’ai appelé Mike un jour et je lui ai dit: « Qu’est-ce que tu fais ? » Il a dit: « Je suis juste assis, attendant quelque chose à faire. » J’ai dit: « Écoutez, je sais que vous avez des chansons. Pourquoi n’enregistrons-nous pas simplement vos chansons ? Veux-tu le faire ? » Il a dit: « Ce serait formidable. J’appellerai Ron.  » Il a appelé Ron et je suis allé et nous avons commencé les Dirty Knobs. C’est alors que les Dirty Knobs ont commencé. Il a fait venir Jason Sinay et jouer de la guitare avec lui au bout d’un moment.

Comment ils ont obtenu le nom de Dirty Knobs, c’est que je frappais la grosse caisse un jour en studio et il y avait ce son horrible qui passait par les écouteurs. Il y avait ce son craquant. L’ingénieur l’a finalement réparé et j’ai dit: « Qu’est-ce que c’était ? » Il dit: « C’était un bouton sale. » J’ai dit: « Des boutons sales ? Ce serait un bon nom pour un groupe. Tu vas voir le groupe et tu te fais pomper ! [Laughs] C’est un peu coincé.

Et ainsi les Dirty Knobs avaient commencé. Quand nous avons commencé à enregistrer The Last DJ, il y avait ce problème persistant avec Howie et sa dépendance. Je me souviens que Mike avait dit: « Tom veut avoir un autre bassiste. » J’ai dit: « Eh bien, qu’en est-il de Ron ? Vous avez joué avec lui. Il connaît tout et il était dans le groupe avant. Il a dit: « Eh bien, oui, mais il y a un petit problème depuis qu’il a quitté le groupe avant. » Mais c’était logique et il s’agissait simplement de faire croire à Tom que c’était son idée, au fond.

Je ne sais pas ce que Mike a fait, mais il a laissé tomber le nom de Ron à quelques reprises, puis il a commencé à apparaître à certaines des dernières sessions de DJ. C’était vraiment lisse comme de la soie. Il mettait une vieille paire de chaussettes.

Je pense que mes émissions préférées étaient celles du Beacon Theatre en 2013. Cela a dû être amusant de jouer avec une set list différente et une ambiance plus lâche.

C’était toujours amusant. Entre le début et la fin des spectacles, on n’a jamais vraiment su ce qui allait se passer. Nous avons fait des répétitions superficielles où nous avons passé en revue certaines choses, rien de gravé dans la pierre. À la fin de cette course, nous avions compris ce que nous faisions. La théorie était: « Commencez par quelque chose qu’ils savent, mettez ce que vous voulez au milieu, peut-être une chose qu’ils savent, puis à la fin, donnez-leur deux ou trois choses qu’ils savent. Nous serons heureux et ils seront heureux.  » Tom y voyait un moyen de mettre le groupe à l’épreuve et de nous garder frais. Cela a vraiment fonctionné.

Tom told me that when you play an arena or stadium, there’s a certain obligation to play your hits. The problem with you guys is, you had too many of them. They ate up nearly the whole set most nights.

It was ridiculous. I always said the Heartbreakers could do a whole set of the greatest hits, but there was a whole other set of greatest hits out there we could have done and everyone would have left happy. He was so prolific as a writer. He was so strong as a songwriter.

When you played “While My Guitar Gently Weeps” with Prince in 2004, did you have any idea he was going to do what he did ?

Non ! He scared the hell out of us all. It was kind of weird. I didn’t even know he was going to be there. Most of us had rehearsed here in Los Angeles. Then we got to New York and there’s [Steve] Winwood and Jeff Young on keyboards. I’d known Steve for ages. I played on one of his albums. Prince shows up on the other side and Winwood goes, “There’s Prince over there.” I look over and go, “What’s he doing here ?” Steve goes, “I think he’s going to play with us.”

Something had happened where the people organizing it wanted Prince to play with us and I think Olivia Harrison said she just wanted people that knew George to be in the band to induct George. But they persuaded her and they ran it by Tom and other guys in the band and they agreed to let Prince come and be with them.

There was this little bit of standoffishness that was happening. I said to Winwood, “I’m going to go over and say hello to him.” I go over and say, “Hi Prince, Steve Ferrone. Nice to meet you.” He goes, “I know who you are.” That was because I played on Chaka Khan’s “I Feel For You.” Prince wrote that. I said, “Really looking forward to playing with you. I didn’t know you’d be playing here.”

Then I went back and Winwood was like, “What’s he like ?” I said, “He’s really nice. Go over and say hello.” We ran down the song and he took a bit of a solo. But when we came out to do the actual thing, here he comes with this solo and he just walks off with it. He walks to the center of the stage, then he looks at the band, and he falls off the center of the stage. Everyone gasped [laughs].

He had this gigantic guy in the audience that caught him and pushed him back onstage. Then he had this guitar tech, a Japanese guy … he took off his guitar and threw it up in the air and walked off the stage and it was hard to figure out at first what had happened.

I never really did figure it out. He just walked off and I was so blown away by the solo. Afterwards I was like, “Wait a minute ? What happened to that guitar ? Did it catch on the rigging or something ?” It was funny. That little show he did was more for us than for the audience. He was a showman and that’s an amazing guitar solo.

I just checked on YouTube. It’s been watched over 90 million times.

Vraiment ? Sensationnel. I’ve watched it a few times myself, so I’m probably a bit of that 90 million. It’s a phenomenal guitar solo. it was a great tribute to George.

I saw a bunch of shows on the last Tom tour in 2017. Everyone was playing really well. I could tell you guys were having fun.

It was. Everything was right on that tour. The whole thing was right. It was the first time he’d really been out on the road on his own like that. He always came with Dana on the road, but this time he was out with just us, the band. It was back being a boys’ club again on the road.

I know Tom was in pain, but you couldn’t really see it when he performed.

To get from the dressing room to the backstage, he always had a little golf cart that would take him. At one point, my knee was hurting and they met me in a wheelchair. He’d always come after us. We’d gather there and then Tom would show up. And then we’d walk out there and I was always close with him going up on the stage. He’d put his arm around my shoulder and go, “Let’s get up there.” We’d walk up the stairs, both of us sort of limping

He was taking Oxycontin so he could get through the shows. He’d sort of time it so that it would kick in once he got up there. I’d say, “How are you doing ? You ready for the show ?” He’d say, “Just get me up there and I’ll be OK.” We’d get up there and it would do what it was supposed to do. It would kill the pain and he’d be able to perform.

But once we’d done the done the bulk of the show and we’d come off and have something to drink backstage while everybody was going crazy, sometimes he’d be able to walk up there on his own. Other times he’d say, “I need you again.” He’d put his arm around me and we’d hit those stairs together.

It sounds like he really needed hip-replacement surgery.

He had a cracked hip and he was in a lot of pain. It’s not like he did a lot of exercise and was moving around. He’d be watching movies in the hotel and then go out and do the show. He would basically rest and then go and do the show. That’s what he was there for. But he shouldn’t have done it, really. I wish he hadn’t done it. I don’t think you’ll find anyone in the band that wouldn’t say, “He really shouldn’t have done that. I really wish he hadn’t done that.” We should have canceled and done it another time.

But he was very loyal. He felt he had a lot of people relying on him, the band and the crew, to make a living. But there’s not a person on that crew or in the band that wouldn’t have given up that tour for him. That’s for sure. I’d like to see what he’d be writing about today, actually. He’d have a lot of things to say about that.

Do you see any scenario where the Heartbreakers play in the future ? A Wildflowers tribute show ?

Well, you know, I’ve spoken with Mike a little bit about it. Mike always said, “Tom will let us know when it’s right.” I think we all feel that there’s been this pretty tumultuous aftermath of Tom’s death. I don’t think that the band has been willing to do anything until something happens that might be what Tom would want.

The other thing that is difficult about it, and I’ve spoken to Mike about this, is it wasn’t so much that it was Tom Petty and the Heartbreakers. It was Tom Petty in the Heartbreakers. He was an integral part of that band in that he was a guitarist in the band. He wasn’t just the frontman. He was in the band. He used to have as much fun playing with us as he did singing his lyrics. I think that’s why he loved the band so much because he was in the band.

He was always the leader and obviously the boss, no doubt about it. But he was in the band. He was very proud of the fact that he was a good guitarist and he could come in and hold his own and play some great solos. A huge part of the band is missing with Tom Petty’s demise, a huge part of it. Sure, we could get someone to sing in front of us. I don’t think that would be a problem. But who is going to play guitar ?

It’s hard to imagine, but you could have Eddie Vedder out there and Lucinda Williams …

Absolument. You know what ? His fans, when Tom passed, were incredibly sensitive and loving. I’m still in touch with some of the fans. They are really, really nice people, good people. Tom loved his fans and his fans loved him. I don’t think it would be fair for us not to do something.

When was the last time you saw him ?

After the [last show at] Hollywood Bowl, I went up to see him at the Beverly Hills Hotel. He and Dana looked so happy and in love. They ordered up some food and we just sat around talking. He was saying that we were going to do something, but no big tours anymore. He said doing something with Wildflowers would be fun. He was saying that he wanted to get his hip fixed and get stuff done. He wanted to work again with the [Webb] sisters.

There was so much he wanted to do. When I left and hugged Tom. It’s me saying goodbye to Tom. I chose to remember that as opposed to being there at the hospital and seeing him on life support.

Fans always say to me, “What was Tom like ?” I always say, “He’s exactly what you thought he was. He was that kind of a man.”

He was so wise and he helped me with things in my personal life, like getting sober. Also, I always thought that I carried my father’s name. I was probably 47 when I found out that I didn’t have my father’s name. It turned my legs to jelly. One of my foundational beliefs was ripped away from me. I was really upset and upset with my mom and lots of other people. I went and saw Tom and I told him the story about how Ferrone was a name taken from a movie because being born in 1950, being illegitimate was bad enough. Being illegitimate and with a black father is off the charts in any damn country, really.

Tom said to me, “What was your father’s real name ?” I said, “Nicholson.” He said, “Nicholson ? Steve Nicholson. Steve Nicholson on drums. That doesn’t sound good. Steve Ferrone on drums, that sounds good. You did that. You made that name. That is your name.” He had a whole different way of looking at things and he’d add humor. He was just a very wise man.

I’ll wrap up in a minute here, but tell me what you hope to do in the next few years.

At 70 years old [laughs] ? I’m still sitting up to play. I’m supposed to fill in with the Dirty Knobs next June. They are supposed to open for Chris Stapleton and their drummer has a gig he has to do in Italy. Mike asked me if I’d go out and play with them. I’m looking forward to doing that if it happens.

That’s a big if.

Yeah. I’m really happy to sit here in my studio and make records. People continue to send me songs to play on. I got an album that I’ve been working on for about 12 years I might get around to finishing. I look forward to doing that. And it would be great if we could get together and get this tour done that Tom wanted to do so much.

He even told me about it. He really wanted a Wildflowers tour.

Oui. What he told me is, “We’ll do Wildflowers and then we’ll do the other Wildflowers album and have guest singers.” I think he was thinking about Eddie Vedder, Steve Winwood, and Stevie Nicks. That would have been so much fun to do. I can’t see it being very small though, could you ? [Laughs.]

No. It would be a huge deal. It would also be cathartic for the fans. We’d all be in the room again to celebrate him.

Absolument. I think it would be fantastic. We’ll see what happens. The loss of Tom cut really deep in the whole band. Sometimes something will come up and I’ll think about Tom and just lose it and start crying. I know Mike and Benmont are probably feeling the same way. Scott definitely. It really effected the band deeply. I really think that everybody would like to do it. We’d just have a lot of emotional hills to climb. It’s hard enough walking into the clubhouse without him. It feels like somebody is missing.

It’ll be difficult. I don’t think it’s impossible. I think we can do it. But I don’t know if that’s wishful thinking on my part. Je le pense. I’ll pray about that. How about that ?

You really should write a book. We’ve been talking for 90 minutes and just scratched the surface of your life.

I started talking to a friend of mine about that. It’s kind of fun, but some of it is kind of painful. I guess a little pain never hurt anybody, though.