Volcan Mont Marapi : d’autres corps retrouvés après une éruption surprise

portant le nombre de morts confirmés à 22, ont annoncé mardi des responsables. Une personne restait portée disparue.

Plus de 50 alpinistes ont été secourus après l’éruption initiale dimanche, et 11 autres ont été initialement confirmés morts. De nouvelles éruptions lundi et mardi ont craché davantage de cendres chaudes jusqu’à 800 mètres (2 620 pieds) dans les airs, réduisant la visibilité et interrompant temporairement les opérations de recherche et de récupération, a déclaré Abdul Malik, chef de l’agence de recherche et de sauvetage de Padang.

Les corps de deux alpinistes ont été retrouvés lundi et neuf autres mardi, a indiqué l’Agence nationale de recherche et de sauvetage.

Un alpiniste est toujours porté disparu et présumé mort en raison de sa proximité avec le site de l’éruption, a déclaré Edi Mardianto, chef adjoint de la police de la province de Sumatra occidental.

Les sauveteurs ont dû faire face au mauvais temps et au terrain difficile, ainsi qu’aux vents qui apportaient la chaleur des éruptions.

Seize corps avaient été transportés à l’hôpital pour identification mardi soir, alors que plus de 200 sauveteurs, dont des policiers et des soldats, luttaient pour faire descendre les autres de la montagne et rechercher l’alpiniste disparu, a déclaré Malik.

Marapi est resté au troisième niveau d’alerte le plus élevé sur quatre depuis 2011, indiquant une activité volcanique supérieure à la normale dans laquelle les alpinistes et les villageois doivent rester à plus de 3 kilomètres (1,8 miles) du sommet, selon le Centre indonésien de volcanologie et d’atténuation des catastrophes géologiques.

Officiellement, les grimpeurs n’étaient autorisés qu’en dessous de la zone dangereuse et devaient s’inscrire à deux postes de commandement ou en ligne. Cependant, les autorités locales reconnaissent que de nombreuses personnes pourraient avoir grimpé plus haut que ce qui était autorisé et que des villageois pourraient également se trouver dans la zone, ce qui rend difficile la confirmation du nombre de personnes bloquées par l’éruption.

Marapi a craché d’épaisses colonnes de cendres atteignant 3 000 mètres (9 800 pieds) lors de l’éruption de dimanche et des nuages ​​​​de cendres chaudes se sont propagés sur plusieurs kilomètres (miles). Les villages et villes voisins étaient recouverts de tonnes de débris volcaniques qui bloquaient la lumière du soleil, et les autorités ont recommandé aux gens de porter des masques pour se protéger des cendres.

Environ 1 400 personnes vivent sur les pentes de Marapi à Rubai et Gobah Cumantiang, les villages les plus proches, à environ 5 à 6 kilomètres (3 à 3,7 miles) du sommet.

Marapi est connu pour ses éruptions soudaines difficiles à prévoir car la source est peu profonde et proche du sommet, et ses éruptions ne sont pas causées par un mouvement profond de magma, ce qui déclenche des tremblements enregistrés sur les moniteurs sismiques.

Marapi est actif depuis une éruption en janvier qui n’a fait aucune victime. Il fait partie des plus de 120 volcans actifs d’Indonésie, sujets aux secousses sismiques en raison de sa situation sur la « ceinture de feu » du Pacifique, un arc de volcans et de lignes de faille encerclant le bassin du Pacifique.

___